Dans onze jours exactement, je serai en route pour Rosslare, port du Sud-Est de l'Irlande, pour revenir en France... chargée comme une mule! Je n'ai pas encore essayé de faire mes valises, mais ça va être épique, je le sens!

Je n'ai pas envie de partir, maintenant... Il y a huit mois, j'étais terrifiée à l'idée de partir en Irlande, dans une école de garçons, vivre toute seule (notion relative, en fait! ;) dans un pays étranger, exercer un métier dont je ne connaissais pas grand chose...! Et maintenant, je pense sérieusement à revenir plus tard, me trouver (vraiment) un Irlandais, et y rester pour de bon. L'Irlande a un côté attachant!

Mine de rien, en huit mois, j'ai beaucoup appris. J'ai l'impression d'avoir plus grandi en huit mois qu'en trois ans de prépa et fac! Et ça n'est peut-être pas qu'une impression... Qu'est ce que j'ai appris en Irlande? Beaucoup de choses, indeed...

 

2008_03_20___Easter_Holidays__17____ConnemaraJ'ai appris l'Irlande, tout simplement. Quand je suis partie, je situais vaguement Dublin, pas du tout Galway, et je croyais me rappeler qu'une ville s'appellait Cork. J'avais en revanche vachement bien situé Tullamore, en plein milieu, ce qui, à l'époque, me paraissait loin de tout. Aujourd'hui, je connais Dublin, je connais Cork, je connais Galway. Certes pas par coeur, je n'y ai pas vécu, mais j'ai traîné dans leurs rues, dans leurs boutiques, dans leurs pubs (dans cet ordre-là, oui). L'Irlande, c'est tout petit, comparé à la France. On fait Dublin-Galway en quatre heures et des brouettes. De chez moi, on rejoint Cork en trois bonnes heures. Pour aller à Belfast, on met plus de temps, mais c'est bien parce qu'on est obligé de passer par Dublin. Aujourd'hui, quand on me parle du Connemara, je sais. Quand on me parle de Thurles, Mullingar, Kerry, Derry, Carlow, je sais où c'est. Et mine de rien, comparé à ce que je savais de l'Irlande en partant, c'est énorme. (Michel Sardou vs. life experience, quoi)

 

J'ai aussi appris à marcher tous les jours. Ça parait bête comme ça, mais ça va me manquer en France, ces cinquante minutes journalières de marche pour aller à l'école et rentrer chez moi. Et à ceux que j'entends déjà me dire 'rien ne t'empêche de continuer à marcher', je leur rappellerai qu'en plus de me plaindre tout le temps (cqfd: je suis prof), je suis d'une feignantise  (faignantise? Eclairez ma lanterne, s'il vous plaît) à toute épreuve. Et mes résolutions sportives sont celles qui ont une durée de vie la plus limitée. Donc, finalement, j'ai pas vraiment appris à marcher tous les jours. Tant pis. Disons que j'ai appris à apprécier de marcher tous les jours...

La suite au prochain épisode! ;)