J'ai appris le sens des mots “plus jamais”. Je m'en serais passée, je crois. C'est un peu comme le noir total. On croit qu'on a déjà connu ça, dans sa maison, la nuit, ou en pleine forêt, on se dit “oulala, on voit rien!”. Jusqu'à ce qu'on rentre dans une grotte, et à quelques mètres sous terre, le guide éteint toutes les lumières. Et là, sa main devant la figure, à cinq centimètres, on ne la voit pas. On ne distingue rien. On ne devine même pas.

“Plus jamais”, c'est pareil. Je me dis, “je ne vais plus jamais revoir mes élèves”, mais en fait, qu'en sera-t-il? Michael a mon adresse email, ils sur sur Bebo (petit frère de Facebook), je compte bien revenir en Irlande. Ce “plus jamais” n'a aucun sens. Mais avec lui, j'ai compris que ça veut vraiment dire, “plus jamais”. Pour être honnête, ça me plait pas beaucoup! Ce n'est pas tellement qu'il me manque, on ne se connaissait finalement pas beaucoup, mais penser à toutes ces choses qu'il aurait pu faire... Ça fait cinq mois aujourd'hui.

Ce genre d'épreuves nous fait grandir, il parait. Et le pire, dans tout ça, c'est que je sais que ça recommencera un jour.

 

guinness