Ca fait des années que je suis sur ce réseau social, et je pense en faire une utilisation très raisonnée. Mes données personnelles sont archi-filtrées, mes photos visibles uniquement par mes amis, et je les connais réellement TOUS dans la vraie vie (à l'exception d'une, mais comme elle me l'a déjà dit : "je suis sure que si on se connaissait pour de vrai, on serait copines". C'est vrai).
Je choisis mes statuts, je ne mets pas n'importe quoi, je suis bien consciente qu'il s'agit du reflet que je donne à voir à des tas de gens d'horizons différents.

Hier, mon Belge rentre du boulot avec une mine de 3 pieds de long, et me regarde méchamment.
Que se passe-t-il ?
"Il parait que tu mets en statut facebook qu'on s'est engueulés. Sympa. Si tu as quelque chose à me dire, je préfère que tu me le dises en face."

Oups. Même s'il est lui aussi sur FB, mon Belge n'y va jamais. En fait, c'est moi qui gère son compte. Et voilà qu'on lui répète (mal), un de mes statuts, en omettant la moitié des infos. Alors forcément, je comprends qu'il le prenne mal.

Je ne m'énerve pas, je lui explique le pourquoi, lui dit qu'il n'a pas à juger sur des on-dits, mais qu'il faut qu'il aille voir par lui-même et qu'il se rendra bien compte de l'inutilité de sa colère. C'est le danger des infos de seconde main.

Honnêtement, je m'attendais à y passer la soirée, parce que je dispose d'un modèle de Belge particulièrement buté. Ben non. Il n'a même pas vérifié. Il a décidé de me faire confiance. Je suis fière. De lui, de sa confiance, de moi, qui ai réussi à trouver les mots.

Au final, à peine un dégât collatéral. Juste un "ami" qui n'en est plus un, au moins sur FB. Ca lui apprendra à répéter des statuts à tort et à travers, et à vexer mon amoureux. Facebook, je m'amuse avec. Si ça doit me nuire, je sévis.