Je vais chercher Pucine à la maternelle.

Dès que j'ai passé le pas de la porte de la garderie, elle m'aperçoit et hurle du fond de la classe "MAMAN J'AI PERDU MON TELEPHONE". Je la rejoins à la table à laquelle elle est installée, jouant à un jeu de construction avec deux autres enfants.
Restons zen.
"On ne crie pas doucette. Comment ça tu avais un téléphone ? De la maison ?"
"Oui !"

Bon, avant de lancer un plan Orsec, je vais fouiller les poches de sa veste. Bingo, je retrouve l'objet.
Quand je le lui ramène, elle est tellement contente qu'elle laisse tomber sa construction, et la donne à sa voisine. Voisine qui démolit sous ses yeux le patient labeur de ma fille.

- Moment suspendu. Pucine regarde la petite copine qui vient de tout casser. Je me suis arrêté de respirer. -

Elle la pointe d'un doigt accusateur :

"ELLE !"

- Là, sans déconner, j'ai vu la gamine se décomposer, sans quitter Pucine des yeux, attendant la déferlante. -

"ELLE ! Elle, elle est gentille, elle m'a aidé à chercher mon téléphone !"

 

La vache ! J'ai (presque) jamais eu aussi peur de ma vie.