Vendredi, c'était la remise du premier bulletin de l'année.

Le tout premier de Puce, que j'attendais avec impatience... Car si Demi-Belge a ramené sans surprise un bulletin digne d'éloges, j'étais moins assurée pour la deuxième.

Je ne veux pas dire qu'elle est moins intelligente que son frère, attention. Surtout pas. Je veux dire qu'elle a moins de facilités que lui, et je sais pourtant que mon évaluation est biaisée parce que son frère en a beaucoup. Je l'imaginais - avec une pointe de déception il faut bien l'avouer - dans la moyenne, élève normale, un peu turbulente, avec une pointe de bavardage.

Quand j'ai reçu ce fameux bulletin, j'ai été agréablement surprise. Déjà, le côté marrant, c'est que les élèves se notent eux-même, pour tout ce qui est comportement. Elle s'est sous-évaluée sur quelques points, mais la maitresse n'a utilité que son crayon vert... C'est dire si j'étais déjà fière.

Le plus qui fait la différence, en Belgique, c'est que chaque bulletin est accompagné d'un rendez-vous individuel avec l'enseignant.

Je suis donc allée écouter pendant un quart d'heure la maitresse qui a qualifié ma fille d' "élève modèle", "enfant parfaite", "appliquée", "charmante", "très agréable", "première de la classe s'il fallait un classement". Voilà, voilà. Tous ces guillemets sont nécessaires, pour se rappeler que ces termes ne sont pas de moi. Moi qui avais tellement peur qu'elle ne supporte pas d'être assise toute la journée... moi qui essaie désespérement de lui apprendre DEUX CHIFFRES dans l'ordre depuis 3 semaines...

Les succès sont récoltés par d'autres, mais j'ai au moins la satisfaction de me dire que tout le boulot en amont a payé. Parce qu'on parle bien de la même petite fille qui a filé un coup de pied sur scène à sa première fête de l'école, de la même qui faisait des colères en hurlant pendant deux heures non-stop il n'y a pas si longtemps encore...

Et ce qui me rend le plus fière dans tout ça, c'est que ma colérique d'amour, celle qui refuse si souvent d'accéder au raisonnement, c'est elle qui explique aux copains que ça ne sert à rien de faire la gueule, qu'il vaut mieux s'exprimer calmement, et que la violence n'est jamais une solution. Dixit la maitresse, encore.

Je ne vais pas lui raconter l'histoire de la paille et de la poutre, l'essentiel c'est qu'elle ait compris !

 

puce2