J'ai toujours préservé mes enfants de mes histoires d'amour.

Quand je suis devenue célibataire, j'ai commencé à sortir. Beaucoup. Certaines histoires ont duré un petit peu plus que d'autres, mais l'immense majorité n'a pas dépassé la soirée. Aucun de ceux que j'ai pu rencontrer n'a vu mes enfants. D'ailleurs, je faisais bien attention à ne pas leur raconter ce que je faisais en leur absence, jamais.

A la longue, cependant, j'ai bien senti chez eux une sorte d'inquiétude à mon sujet. Leur père avait retrouvé quelqu'un, pourquoi pas moi ? Je me suis rendue compte qu'ils avaient besoin que je lâche du lest. Qu'être célibataire n'était pas une maladie, en quelque sorte.
Alors, pour les rassurer, je leur ai donné des bribes. Oui, j'avais des amoureux, mais aucun qui vaille le coup d'être présenté. Celui qui les rencontrera sera le bon, j'attendrai le temps qu'il faudra.

L'autre jour, Demi-belge m'a demandé si j'avais quelqu'un en ce moment. J'ai répondu non - c'est la vérité, mais je pense sincèrement que j'aurais menti s'il avait fallu. Il m'a répondu que c'était tant mieux, parce qu'on était bien mieux juste nous trois, et qu'on n'avait besoin de personne d'autre.

Il a raison. Pour l'instant.