05 mai 2011

Curieux

Il est amusant de voir le comportement des gens.
J'avais annoncé il y a quelques temps que nous avions le prénom. On était tellement contents d'avoir trouvé, qu'on l'a finallement fait deviner aux membres de la famille, puis carrément donné aux gens qui nous le demandaient.
Je me suis rendue compte que les personnes qui posaient la question étaient justement celles à qui je n'aurais pas eu envie de le donner spontanément. Alors que les amis ne demandaient rien. Faut-il faire le raccourci que je n'aime pas les personnes qui, par leur attitude, confirment leur statut de sans-gêne ?
Oui.

Bon, sinon j'ai préparation à l'accouchement à la clinique tout à l'heure, je suis un peu en retard pour commencer (31 SG), j'espère que je ne vais pas me faire gronder et que j'aurais le temps de finir le cycle... Parce que accoucher d'un garçon, je sais faire, d'une petite fille, non ! (c'est ce que j'ai expliqué à mon demi-belge ce matin)

Posté par Maritxu à 11:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 février 2011

Prénoms (deuxième)

Maintenant qu'on sait le sexe avec certitude (c'est une FIIIIILLLLLLE !) il est temps de commencer à chercher un prénom. On a le temps, il nous reste encore 4 mois pour se décider. Et puis pour le premier, ça avait failli tourner à la foire d'empoigne, tellement on n'arrivait pas à se mettre d'accord. Le prénom du demi-belge est d'ailleurs un compromis total, aucun de nous deux n'étant totalement satisfait.
Mais ici, c'est une fille.
Apparemment, les filles, c'est plus facile...

Hier soir, mon Belge discute au salon avec son fils :
- Dis donc, comment on va l'appeler cette petite soeur ?
- Heuuuu, caca boudin !
- Ha non, ça c'est pas possible. Si on l'appelait plutôt.... - il se retourne vers moi, interrogatif- ................ ?
(Vous pensiez sérieusement que j'allais le lâcher ?)

Il se trouve que j''ADORE ce prénom. Sans dec. Au premier essai, on est d'accord. Incroyable.
Et il nous reste encore 4 mois pour changer d'avis !

Posté par Maritxu à 08:39 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
03 février 2011

Bonne nouvelle !

Bon, il ne doit pas rester grand monde à l'ignorer, mais il faut que j'annonce quelque chose (au moins à toi Salpi, coucou !)

Je tricote depuis quelques mois... Mon demi-belge va avoir un petit frère ou une petite soeur au mois de juin ! Ca bouge déjà dans mon bidou, et j'accueille cette nouvelle vie avec un plaisir immense. Enfin une bonne nouvelle au milieu de toutes ces mauvaises !
Ce qui est amusant, c'est que je me suis rendue compte aujourd'hui que moi, j'attends moins ce bébé que je n'attends la réaction de l'aîné à l'arrivée du bébé.
Autant j'aimais mon demi-belge avant qu'il ne naisse, autant j'attends la naissance pour aimer ce second. C'est peut-être parce que justement, je me suis sentie tellement coupable de ne pas aimer tout de suite mon premier tout taché ? Ce qui est sûr, c'est que les trois premiers mois, j'étais à la limite du déni. Je ne voulais pas me réjouir, après la fausse joie de l'année dernière. Je ne voulais pas le dire, pas en parler, pas être félicitée.
Je m'étais fixé comme limite pour être heureuse - vraiment - l'écho suivante de celle qui avait révélé le problème de l'année dernière. C'était en janvier, mon père est mort le soir même... il a quand même eu le temps d'entendre le sexe du bébé. Merci la vie !
Maintenant, j'ai même ressorti un pantalon de grossesse tellement j'assume !

Posté par Maritxu à 15:55 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
19 juillet 2010

Sablés !!

Par Maritxu

Ma grand-mère m'a légué une recette de sablés que je customise... Jugez plutôt :

DSC07678

Les jolis dessins sont copyright Maritxu, demi-belge et parrain du demi-belge.

SABLES AU BEURRE (anorexiques s'abstenir)

Sel
300g de farine
125g de sucre
175g de beurre ramolli
1 oeuf

Mélanger tous les ingrédients.
Faire un rouleau de 5 cm de diamètre, le rouler dans 2 cuillères à soupe de sucre.
L'envelopper de papier aluminium et mettre au frigo 12h.

Couper en tranches de 1cm environ.
Poser les tranches sur une surface huilée ou du papier sulfurisé.

Mettre au four 15mn à 180°C.

Bon appétit !

Posté par Maritxu à 10:28 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
16 février 2010

Chouquettes !

Par Maritxu

Aujourd'hui, c'est dans mon bidou, mais pour la première fois, c'est une recette de cuisine !

Je préviens tout de suite notre lectorat affolé : je suis une brèle profonde en cuisine, et si j'ai réussi, n'importe quel pékin peut y arriver. Hier, donc, j'ai fait ça :

DSC06701

Des chouquettes mes petits amis.
Dé-li-ci-eu-ses.
Des qui te rappellent la France quand tu es à l'étranger. Parce qu'à l'étranger, tu es déjà bien content quand tu trouves quelque chose qui resemble à du pain, alors des chouquettes, faut se lever tôt pour en trouver. Et encore, je me plains pour pas grand chose, parce qu'il faut bien avouer qu'en Belgique, le pain est plutôt acceptable. Juste on n'a pas la même définition de la baguette.

Je ne remercierai jamais assez le blog les bricoles de Bia pour cette trouvaille. Voici donc la recette :

Ingrédients:

-250 ml d'eau
-60gr de beurre
-1 c.s. de sucre
-1 pincée de sel
-150gr de farine
-4 oeufs
-sucre en grains

Dans une casserole, porter à ébullition l'eau avec le sucre, le beurre et le sel.
Hors du feu, ajoutez la farine tamisée en une seule fois et remuer rapidement. La pâte doit se décoller de la casserole. Ajoutez les oeufs un par un et mélangez bien pour que la pâte soit bien lisse et homogène.
Chauffer le four a 210°. A l'aide de deux cuillères, former de jolies boules que vous déposez sur du papier cuisson. Parsemer de sucre en grains et cuire pendant 20 mn.

J'ajouterai que les boules doivent être assez petites pour gonfler convenablement; vous devez en faire plus de 30 avec votre fournée. Et les chouquettes cuites doivent être enlevées tout de suite de la plaque de cuisson, sinon elles retombent (snif, ma première fournée était toute raplapla, bien que le goût soit là). Je précise qu'il s'agit de farine normale, sans levure incorporée. J'utilise de la farine à patisserie, ça m'évite de la tamiser (et je ne saurais pas comment faire de toutes façons !!).

Et voilà, régalez-vous !

Posté par Maritxu à 18:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

28 janvier 2010

C'est fini

Par Maritxu

Voilà, un dernier article pour clore le sujet. Comme ça, on n'en parle plus, j'aurai fixé ma peine et mes regrets dans ces mots. Ecrire est pour moi une aide, un remède, un calmant. Je préfère bloguer des choses plus amusantes, et même si le coeur n'est pas encore à la fête, ça va revenir rapidement, grâce à l'aide de mes belge et demi-belge. C'est promis !

J'ai donc subi mon IMG mercredi matin. Tout s'est extrêmement bien passé. Depuis la veille et les pilules que j'avais dû prendre pour amorcer l'ouverture du col, mon utérus était en pleine activité, avec des contractions un peu comme un accouchement, mais limitées à l'intérieur, et infiniment moins douloureuses que des véritables douleurs du travail. Donc, j'étais assez contente de me faire endormir, au final !

Je me réveille une heure après, sans douleur. Tout va bien. Aucune sensation de vide à l'intérieur de moi, plutôt une sensation de délivrance. Enfin, c'est fini, je vais pouvoir avancer !

Est-ce  l'effet de l'anesthésie ou bien les résultats de presque 15 jours d'angoisse pendant lesquels le sommeil m'a fui, je ne sais, mais le fait est que je dors pratiquement tout l'après-midi, comme une masse, sans rêve. Je suis réveillée en sursaut par chaque entrée dans la chambre. Ca fait du bien. J'ai l'impression de récupérer physiquement et mentalement.
Oui, vraiment, ça va mieux.

La gynéco vient me voir : tout s'est déroulé à merveille, elle a eu le foetus en entier et elle donc pu l'envoyer au labo pour analyses. On saura exactement à quoi s'en tenir dans un mois.

C'était une fille.
Ma petite étoile filante...

Posté par Maritxu à 12:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 janvier 2010

La nature fait bien les choses

Par Maritxu

Par où commencer ? Par l'essentiel : le bébé est mort. Ce qui résout tous les problèmes de trisomies, caryotypes, commission d'éthique, cas de conscience, etc. La nature fait bien les choses. Ce bébé n'était pas viable, il a décidé tout seul de ne pas vivre, m'épargnant par la même occasion la décision ô combien difficile de le faire mourir.
Merci, petite étoile filante, je ne sais pas si j'aurai pu vivre avec.

Je rentre à l'hôpital demain en fin d'après-midi, et on m'endort le lendemain matin, pour un curetage. Je ne sentirai rien m'a promis ma gynéco. Juste des douleurs de règles qui vont vite s'estomper. Je suis soulagée d'être endormie. Comme ça, je n'aurai pas le risque de jeter un coup d'oeil sur mon bébé mort.

Je suis aussi très contente de m'être goinfrée de chocolat et de turon la semaine dernière. Comme un pressentiment, j'ai voulu donner des sensations agréables à mon bébé. J'ai bien fait. C'est bête, hein ? Mais j'aurai au moins fait ça pour lui.

Allez, encore deux jours, et tout est fini.

Pensez bien fort à notre étoile filante, elle est partie pour ne plus revenir. Merci à tous d'avoir pensé à nous.

Posté par Maritxu à 11:29 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
21 janvier 2010

Annulation

Par Maritxu

J'avais rendez-vous à 14h, et elle vient d'annuler... Celui de lundi est du coup maintenu.

Encore tout un week-end à attendre ! J'en ai marre. Je ne sais même pas comment ça va se passer.
J'en ai vraiment marre.

Pour les curieux ou les inquiets, une mégavessie, c'est ça :

DSC06591

A gauche, la tête, à droite, le rond noir, c'est la vessie. On se rend compte immédiatement, qu'une vessie grosse comme la tête, c'est pas normal.

Posté par Maritxu à 13:54 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
19 janvier 2010

Prélèvement placentaire

Par Maritxu

Programme de la journée : prélèvement placentaire pour établir le caryotype du bébé. Ce n'est pas une amniocentèse, qui prélève le liquide amniotique, parce que à 12 SA +3 jours, on ne peut pas. On prélève autre chose, donc, pour les mêmes résultats.

L'échographe confirme ce qu'on nous a déjà dit : dans tous les cas de figure, ce prélèvement et cette analyse sont importants car ils vont permettre de déterminer l'origine de l'anomalie. En gros, c'est la faute à pas de bol, ou alors on se trimbale dans nos gènes un truc qui pourra se reproduire pour les futures grossesses. C'est bon de le savoir avant.

Avant l'intervention, qui se fait dans la salle d'examen habituelle, je demande si ça fait mal. En fait, c'était juste une question réthorique, pour parler, je m'attendais vraiment à ce qu'on me réponde "pas du tout" ou alors "oui, mais on vous anesthésie avant", ce genre de chose.

Quelle ne fut pas ma (mauvaise) surprise de m'entendre répondre que oui, c'était assez douloureux, et que non, rien d'anesthésiant n'était prévu. Ben tiens, comme si je flippais pas assez pour le bébé, va falloir que je flippe pour moi aussi maintenant !

On me prépare, desinfection, champ stérile et tout et tout. Le drap vert me bouche la vue : allez, c'est mieux comme ça. Quand il me prévient qu'il pique, effectivement, ça fait mal. Quand il cherche la pointe de son aiguille à l'échographie, ça fait vraiment très mal. Quand il l'a enfin trouvée, et qu'il gratte pour prélever, mon Dieu que c'est long et mon Dieu que je douille. Mon chéri n'a rien vu non plus, par souhait, et parce qu'il a mal à la main que je lui ai compressée à mort pendant toute l'opération.
Quand il retire l'aiguille pour transvaser ce qu'il a prélevé, j'ai un sursaut d'horreur : elle est énorme ! Il rigole un peu et me dit " il vaut mieux la voir après qu'avant, hein ? " Il a raison. Totalement raison. Jamais je ne l'aurais laissé faire si je l'avais vue avant !

On n'a toujours pas vu le bébé. Il a fallu que j'insiste pour qu'on nous fasse, juste avant de sortir, une écho de 15 secondes qui révèle une mégavessie toujours présente, quoique réduite.
J'essaie de discuter avec lui de l'interruption, mais il ajourne tout en répondant que c'est avec ma gynéco d'en parler.

J'avais rendez-vous lundi suivant, et je n'en peux plus d'attendre. J'ai envie que tout ça se termine. Tout le monde est suffisamment clair : même s'il n'y a pas de trisomie ou d'autres anomalies chromosomiques, les problèmes observés sont trop importants. Et plus on attend, plus l'avortement sera difficile. Je veux que ça ressemble le moins possible à un accouchement. Je veux que ça arrive avant de le sentir bouger. J'ai suffisamment mal comme ça pour en rajouter. Du coup, je l'appelle et on avance le rendez-vous à jeudi. Après-demain. Je pense, si à l'écho il n'y a rien de nouveau, qu'on va lui demander l'IMG. Apparemment, c'est du ressort des parents de la demander dans notre cas, puisque ma santé n'est pas en danger. J'espère que tout soit terminé pour la fin de la semaine, que je récupère mon demi-belge en pension chez ses grands-parents.

Je me dis que j'ai déjà une chance incroyable de l'avoir, mon premier bébé. Heureusement qu'il est là, sans quoi, tout serait plus dur. Je n'ose imaginer le désespoir des parents pour qui c'est au premier que ça arrive...

On trouve des points positifs dans chaque chose négative de la vie. Il parait. Je ne sais pas si c'est vrai pour tout, mais dans cette histoire, si triste, mon chéri Belge s'est révélé être le mari-chéri parfait. Moi qui râle tout le temps de son manque de romantisme, attention, compliments, estime (ne rayez aucun des termes utiles), après cette histoire, je sais que j'ai choisi le bon chéri, qui m'épaule dans ces moments diffciles, bien qu'il souffre lui aussi. Il ne critique pas, ne juge pas, ne râle pas devant mes pleurs intempestifs. Il est là.

Merci.

Posté par Maritxu à 17:25 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
18 janvier 2010

Je déteste les statistiques

Par Maritxu

Selon mon phlébologue préféré, j'avais une chance sur 10 000 de faire une phlébite en prenant la Diane 35 (cette merveilleuse aventure est racontée ). On se dit qu'avec une telle probabilité, j'avais épuisé mon quota de malchance pour la vie.

Quand j'ai demandé à ma gynéco (qui m'a effectivement appelé vendredi, bénie soit-elle), si les méga-vessies étaient courantes, elle m'a répondu non. C'est très rare.

Juste pour me faire plaindre un peu, je lui donne mes statistiques de phlébite, et elle me répond que ce coup-ci, c'est encore plus rare. "Une chance sur un million plutôt". Même si elle se goure de quelques zéros, ça reste effarant.

Je hais les stastiques.

EDIT : Après vérification, j'ai trouvé un site médical qui dit que les mégavessies sont des pathologies "rares" avec une incidence de 1/1600 grossesses. On est loin du million, mais on est quand même à jouer avec des statistiques misérablement faibles.

Posté par Maritxu à 12:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]