31 janvier 2011

La gestion de l'après

Après un passage aux toilettes particulièrement... odorant et liquide, je balance à mon demi-belge, 3 ans :
- Ben ça y est, c'est officiel, tu es malade !
- Ha... Ca veut dire que moi je vais mourir ?

J'ai éclaté de rire avant de me rendre compte des implications de cette remarque. Il va falloir du temps. Expliquer que la maladie de GrandPa était spéciale. Qu'en général les maladies ne sont pas graves.

Je ne regrette pas de lui avoir dit la vérité. Je n'aime pas mentir à mon fils, et je pense qu'il est assez grand pour comprendre, sinon compatir. Il voit bien que je suis triste, et il faut bien que je lui explique pourquoi, et surtout que ce n'est pas de sa faute. Je dois juste m'attendre à d'autres questions comme "il est où ?", à des moments où je ne m'y attend pas, et qui feront mal, forcément.

Posté par Maritxu à 15:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 décembre 2010

Apprentissage de la lecture

Par Maritxu

Oui, je sais, il est beaucoup trop tôt pour apprendre à lire à mon demi-belge. C’est vrai qu’à 3 ans, il a encore bien le temps. Sauf qu’il demande. Il demande déjà beaucoup de lecture de livres. Je suis d’ailleurs assez étonnée, parce qu’il connait des grands passages par cœur des livres qu’on lit régulièrement. Et juste pour faire un test, je lui ai fait finir les phrases d’un livre qu’on n’avait pas lu depuis un mois : il les a fini presque toutes.
Ensuite, il veut nous lire des livres. Il s’installe au milieu de nous, et nous raconte l’histoire. C’est génial, on adore ! Certes, il se lasse vite, mais c’est tellement marrant !
A l’école, il a son nom associé à sa photo, et tous ses travaux sont estampillés de son nom. Du coup, à la maison, il faut faire pareil. Et au final, il reconnait la graphie de son nom à peu près n’ importe où, pourvu que ce soit écrit en majuscules. Et depuis quelques temps, il repère les lettres de son nom. Ca a commencé par la première, et puis toutes les autres y passent maintenant. On ne peut plus passer devant un panneau sans qu’il s’écrie : « regarde maman, c’est le A de mon nom ! ».

Evidemment, je pense que mon fils est génie. Prière de ne pas me faire descendre de mon nuage, s’il vous plait. Merci.


Posté par Maritxu à 12:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
17 novembre 2010

Dialogue 2

Par Maritxu

Depuis que mon Demi-belge parle, les perles sont nombreuses... Plutôt que de les noter dans un cahier, je les bloggue ! C'est tout aussi pérenne, et en plus, vous en profitez !

- Dis, toi tu es ma maman ?
- Oui mon coeur.
- Et tu es gentille toute la journée ?
- Tu sais, je ne suis ni gentille, ni méchante, j'essaie d'être juste et c'est déjà pas facile.
Il digère quelques secondes la réponse.
- D'accord. Mais on est des mammifères, nous, comme les baleines et les girafes !

Il a raison !

Posté par Maritxu à 08:31 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
16 novembre 2010

Dialogue

par Maritxu

- Dis mon coeur, avec quoi on regarde ?
- heuuu, les lunettes !
- Ahaha ! Non, moi j'ai des lunettes parce que je ne vois pas bien, mais maintenant - j'enlève mes lunettes - avec quoi on regarde ?
- Les yeux !
- Avec quoi on entend ?
- Les oreilles !
- Avec quoi on sent ?
- Le nez !
- Avec quoi on fait des bisous ?
- Maman !

J'adore mon fils.

Posté par Maritxu à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 octobre 2010

Sidérant

Par Maritxu

Les enfants réservent des surprises.
Et des fois, ils nous sidèrent.

Commençons par le commencement : nous allons à la bibliothèque toutes les semaines. Encore un héritage familial : je n’ai aucun souvenir de la première fois où je suis rentrée dans une bibliothèque. Aussi loin que je me souvienne, j’y ai toujours été. J’avais envie de faire la même chose avec mon demi-belge, l’habituer à lire dès son plus jeune âge, le familiariser avec le prêt, lui élargir son horizon. Et moi j’en profite pour me mettre aux classiques, sans trop de réussite d’ailleurs. Bizarrement, je reviens toujours au rayon science-fiction.

Je m’égare.

Bref, nous étions donc à la bibliothèque, et mon demi-belge fouille le rayon enfant pour dénicher les trois livres que je lui accorde toutes les semaines. Il s’arrête devant une couverture et s’exclame : « Ho ! C’est comme le chien bleu ! » C’est à cet instant que j’ai été sidérée.

Je conçois qu’une explication ou deux s’imposent :
Le chien bleu est un livre que nous avions pris 15 jours avant et qui lui avait beaucoup plu, avec raison :

chien_bleu

Celui sur lequel il est tombé en arrêt est celui-ci :

contes_de_f_es

C’est bien la même dessinatrice.

Mais qu’un moutard de 3 ans ai pu faire le rapprochement me laisse sans voix. Je vous laisse juge.

Posté par Maritxu à 18:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 septembre 2010

Merci l'école

Par Maritxu

Jusqu'aux dents définitives, nous aurons droit à ce sourire Frankenstein :

DSC08080

Le jour de son anniversaire... Quel cadeau !

Encore une fois, on a eu de la chance : le médecin dit que la dent n'est pas enfoncée dans la gencive, ce que j'avais tout d'abord cru vu l'étendue des dégâts. J'espère que ce diagnostic sera confirmé par le dentiste, dans 15 jours ! Ceci dit, c'est plutôt bien parti : il n'a pas mal, la gencive a dégonflé dès le lendemain, il n'a pas pleuré, bref, tout va bien.

Mon demi-belge au sourire troué !

Posté par Maritxu à 17:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
08 septembre 2010

Le jour et la nuit

Par Maritxu

Le demi-belge est capable du pire comme du meilleur. Hier il a été exécrable, en chouinant toute la soirée, se plaignant de tous les maux de la Terre (il avait seulement le nez qui coulait), et notamment d’un mal d’oreille atroce, contre lequel le Doliprane – Perdolan (rayez le nom du médicament qui n’existe pas dans votre pays) n’a rien fait.
Il m’a tout chipoté, surtout la bouffe, et il a fallu que je remette les pendules à l’heure pour qu’il accepte de manger 5 malheureuses cuillères de soupe.
Il a mis 2 heures à s’endormir, en voulant aller dans mon lit, puis non, puis si, en s’endormant sur l’histoire et en voulant jouer tout de suite après, en hurlant qu’il voulait un bisou de son papa, qui évidemment travaillait tard ce soir-là, bref, je me suis impressionnée en gardant mon calme, il ya vait de quoi le jeter par la fenêtre.
Je n’ai pas coupé au réveil en pleurs du milieu de la nuit, comme cerise sur le gâteau.

Aujourd’hui, c’est l’inverse, il a été charmant, rigolo, blagueur, il a fait parler sa marionnette Sigurd (c’est un suédois, il vient d’Ikéa), m’a fait moult bisous z’et calins, a tout mangé sa soupe, sans rechigner, et même la compote, oui madame ! Il n'a même pas mal à l'oreille cette arsouille. En sortant du bain, pourtant, on a eu un moment de flou, et j’ai eu peur d’embrayer sur une soirée comme la veille, mais non, ouf, on a glissé sur la pente du bonheur.

Mon demi-belge a d’ailleurs fait preuve d’une maturité étonnante en me livrant ce commentaire sans que je le lance sur le sujet, c’est venu comme ça, paf :
« Moi, aujourd’hui, je suis gentil, hier j’étais pas gentil, mais aujourd’hui oui. Moi je suis d’accord pour manger et moi je veux Kirikou ! » (ben oui, on n’a rien sans rien)

Quand même, des fois, il me sidère.

Posté par Maritxu à 08:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
08 août 2010

Soupe

Moi, z'aime pas la soupe.

C'est pas bon. Maman dit c'est bon la soupe. Moi dit non.
Maman dit il faut manger la soupe. Moi dit non, non, non, maman dit si, si, si.

Posté par Maritxu à 11:28 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
08 juin 2010

Le pommier du demi-belge

Par Maritxu

Mon loupiot a commencé l'école 15 jours avant les vacances de Paques. Pas propre, avec un vocabulaire inventé de toutes pièces, et de toutes façons très limité.

Une semaine seulement après la rentrée, des progrès spectaculaires ont été observés au royaume de Belgique : IL PARLE ! La communication étant établie, j'ai décidé de m'atteler au problème couches. Passke les couches, ça va 5 minutes. Enfin, 2 ans et demi, vous avez tous traduit.
De nombreux indices m'indiquent que le moment est venu : il sait parfois se retenir (dans le bain notamment), l'école donne un exemple à suivre, j'ai 15 jours de vacances pour le faire, je ne travaille pas encore donc j'ai le temps, du beau temps est prévu, et surtout, surtout, maintenant, je comprends ce qu'il dit.
Au boulot, donc.

On a fait un pommier.

C'est quoi un pommier ? Un arbre diront certains, dont mon Belge, assurément.

Mais ils se trompent lourdement. Un pommier est un arbre à pot. J'explique pour ceux qui ne suivent pas au fond : à chaque fois qu'un pipi ou un caca atterri dans le pot, on dessine une pomme ensemble dans un beau pommier tout vide. Au début, on assortit la pomme d'une récompense, il faut bien une carotte un bonbon.
Au fur et à mesure que le pli est pris, on ne donne plus de bonbon que pour le caca - pour lui, c'était le plus difficile à maîtriser, curieusement... L'habitude est prise de dessiner la pomme, hop ! on enlève les bonbons, sauf occasionnellement. Je récompense évidemment les siestes sèches, et tout effort notable !

Pommier_ArthurMa règle d'argent : bien afficher le pommier pour qu'il puisse voir en permanence ses progrès, et aller le chercher lui-même tout seul pour dessiner sa pomme. Mon frigo a perdu quelques magnets dans l'histoire, mais tant pis.

Ma règle d'or : ne jamais stigmatiser. C'est à dire que j'essaie au maximum de dire "je ne suis pas contente" plutot que "tu as mal fait".

Ma règle de platine : la carotte en diamant, c'est à dire le gros cadeau final, qu'il faut bien évidemment acheter avant la fin du pommier, pour l'avoir tout prêt au bon moment.

Ben voilà. Tout est dit et le résultat est là. En une semaine, c'était plié, il était propre. Une petite semaine de pommier supplémentaire a suffit à asseoir les choses, avant qu'il ait son cadeau final. Et le bonus même pas rêvé : il est propre la nuit aussi. Là, il a tout fait tout seul, je n'y suis absolument pour rien.  Presque deux mois après, le résultat est confirmé : c'est gagné !

Merci ma maman à moi pour l'idée !

Posté par Maritxu à 20:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juin 2010

Couleurs

Par Maritxu

Mon demi-belge apprend les couleurs.
Au commencement... tout était bleu. Quelle que soit la couleur désignée, la réponse était : BLEU ! Puis, le rose vint. Comme quoi, les enfants sont manichéens : il y a une couleur pour les filles, et une couleur pour les garçons. Je ne sais pas qui lui a fourré cette idée dans la tête, mais croyez bien que je n'y suis pour rien.
Un jeu merveilleux pour apprendre deux couleurs à peu de frais : la signalisation routière : "Dis-moi quand le feu rouge passe au vert !" Ce jeu nous vaut encore, des semaines après, des commentaires du style :

-Feu_rouge_svg Pitite fille robe rouge pas passer !
ou
- Maman collier vert peut passer ! Est pa'ti mon kiki !

Quand ces deux couleurs ont été assimilées, on a corsé l'affaire : on est passé à l'orange (pas au sens littéral, hein, orange on s'arrête, que ce soit bien clair pour tout le monde).
Tout fier de son nouveau savoir, à table, il commente son livre d'images avec, justement, un feu rouge :

- Ca, feu vert !
- Ca, feu rouge !
- Ca, feu jus d'orange !

Posté par Maritxu à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]