16 avril 2012

Quand la Belgique et l’Angleterre se rencontrent…

Par Maritxu

C’est fatiguant, surtout avec deux enfants !

Et ça donne tout un tas de petites anecdotes :

1. Dormir dans une chambre à 2 adultes dans un lit et 2 enfants par terre, ça marche. Et ça permet de savoir que Pucine adore le dessous des armoires à 1,5 cm de son nez quand elle se réveille.

2. Mon Belge travaille décidément beaucoup trop. J’aurais dû interdire l’ordinateur en vacances.

3. Il vaut mieux avoir une carte d’identité valable pour aller chez ces maudits anglais, ça m’aurait évité de poiteauter 3h à la gare pendant que mon Belge allait chercher mon passeport à la maison.

4. Visiter le musée des dinosaures un lundi de Pâques pluvieux n’est pas une bonne idée. La moitié des familles de Londres a eu la même.

5. Amaia habite une coloc de fantomes. On croise à peine les gens.

6. Le bus est top. Les Anglais sont super courtois.

7. Demi-Belge a passé 4 jours à hurler « HELLO ! » à tous les gens qu’il rencontrait. Et tout le monde a trouvé ça formidable. Braves anglais.

8. Amaia aurait pu continuer de faire prof, elle est super avec les nuls en anglais : elle m’a laissé parler comme j’en avais envie pendant tout le séjour, en corrigeant à peine les fautes les plus énormes que je faisais. Elle n’intervenait que quand j’appelais à l’aide, et ça, c’est top. Du coup, je me suis bien amusée à baragouiner dans mon mauvais anglais et à jouer avec une monnaie différente.

9. L’Angleterre est vraiment très multiculturelle et multiraciale. Une bonne façon d’apprendre à des gosses que tous les gens sont normaux, et qu’ils n’ont pas choisi leur couleur de peau.

Mission complete.

10. Voyager à n’importe quelle heure m’a conforté dans le fait qu’habituer un bébé aux biberons froids, c’est génial. La preuve : elle mange même sa soupe non réchauffée.

11. Londres, c’est beau. Certains déploreront l’hétérogénéité des bâtiments, moi pas, au contraire. (Saviez-vous que hétérogénéité est le mot de la langue française avec le plus d’accents ? Non ? Vous vous endormirez moins bête ce soir)

12. Il n’a (presque) pas plu.

13. Les écureuils des parcs n’aiment pas les barquettes. Mais ils sont curieux quand même.

14. On était crevés le soir, et avec le décalage horaire, il nous est arrivé d’aller au lit à 9h. La honte.

15. Mon Belge n’a jamais aussi bien raté des pâtes que là-bas. C’était infect.

16. J’ai réussi à ne pas dépasser mon budget.

17. Je n’ai trouvé aucun coup de cœur à m’acheter. Et je suis un peu déçue de ça… Mais c’est peut-être aussi pour ça que j’ai tenu mon budget.

18. A cause de la poussette, je n’ai pu monter que 5 minutes à l’étage du bus, alors que mon Demi-Belge y a passé tous ses trajets. Je suis jalouuuuuse !

19. Pucine a fait des sourires incroyables à toute personne croisant son regard dans le bus. Elle a la cote auprès des mamies, des papys, des jeunes, des très jeunes, des marrons, des noirs, des jaunes et des blancs. Et tout le monde l’a trouvée « charming ». Me too.

20. Les vacances en famille, un peu à l’arrache, donc, on peut faire. Et c’est bon à savoir !


Posté par Maritxu à 09:43 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

04 avril 2012

Présidentielles

Par Maritxu

Pas de billet d'humeur ici, pas de politique (ou si peu), juste une constatation.
Il y a 15 jours, en ouvrant ma boîte mail, j'ai bondi : je venais de recevoir un mail de campagne de l'équipe de Sarkozy. Avec en intitulé "vous recevez ce mail parce que vous êtes inscrits sur les listes électorales des français à l'étranger, en accord avec la loi".
Je suis allée illico vérifier cette information, et j'ai déploré aussi sec d'avoir autorisé la divulgation de mon adresse mail pour des communications officielles. J'ai décidé d'attendre un petit peu pour voir si cette "publicité" était limitée au pouvoir en place (qui a évidemment accès aux fichiers), auquel cas vous m'auriez entendu hurler au favoritisme, ou si les autres candidats allaient eux aussi profiter de ce vecteur.
Ce fut le cas dès le lendemain, et depuis, régulièrement, je reçois par mail les injonctions des diverses parties.

Aujourd'hui, j'ai reçu celui du Front National.
Il est arrivé directement dans ma boîte "spam", sans que j'aie eu besoin de l'y mettre.
Bravo Hotmail !

Posté par Maritxu à 13:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
14 mars 2012

9 mois

Par Maritxu

Il y a 18 mois, une petite graine prenait racine dans mon ventre.

9 mois après, le bourgeon germait.

9 mois encore, et la fleur s'épanouit.

Voilà Pucine. Ton temps sur Terre s'est officiellement équilibré avec ton temps à l'intérieur de moi.

Pour fêter ça, la crise des neuf mois vient te rappeler que tu as encore besoin de moi. Dès que j'apparais dans ton champ vision, personne d'autre ne compte, pas même ton père. Mes bras sont ton île de sureté. Et pourtant...

Pourtant je sais que tu n'y restera pas longtemps, dans cette île. Ta curiosité te pousse à tout voir, tout toucher, tout mettre en bouche. Tu es dans cette dualité impossible : tout faire, mais dans les bras de maman. Le choix est tout vu, il faut juste un peu de temps pour que tu te détaches complètement.

Alors je profite pleinement de ces derniers instants où le cordon ombilical est encore palpable...

Je ne laisserai ma place à aucune autre.


Posté par Maritxu à 11:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Mes collègues

Par Maritxu

Il y a 2 mois, pendant les vacances de Noël, il y eu un jour de trou entre la fin de mes congés et le début de la plaine de vacances du Demi-belge. Plutôt que de prendre un jour de congé supplémentaire, je l'ai emmené avec moi au bureau.
On était équipés : ordinateur portable pour les dessins animés, feutres, coloriages, livres d'activités, "J'aime lire" à écouter, bref, la grosse totale pour qu'il puisse s'amuser tout seul. J'ai un enfant sage, j'étais à peu près confiante. Lui était positivement ravi de m'accompagner, moi je savais que ce ne serait pas une partie de rigolade.
Il a été parfait. Il s'est ennuyé à mourir, mais il a à peine moufté. Je l'avais prévenu que ce serait long, ça a été long. Tous mes collègues ont été impressionés par sa sagesse, et sa patience. Pour un mouflet de 4 ans, rester (presque) sans bouger pendant toute une journée de bureau, c'est pas facile. Il l'a fait.
Par contre, il n'est pas prêt de le refaire ! Maintenant, il ne me fait plus de crise pour m'accompagner au bureau : il est venu, il a vu, il a vaincu, mais une fois ça suffit.

Ce qui est rigolo, c'est que 2 mois après, tous les matins avant de partir (c'est devenu un rituel), il me dit : "et tu embrasseras tous tes collègues de ma part"
Esprit corporate, déjà ?

Posté par Maritxu à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mars 2012

Raccuser ?

par Maritxu

Hier, mon Demi-belge préféré vient me demander si "racuse popote" est un gros mot.

J'ai éclaté de rire avant de lui répondre que non, ce n'était pas un gros mot.

Je tiens donc à remercier les amis qui m'avaient préalablement informé de l'existence de ce mot particulièrement amusant. C'est une spécialité belge, à mon avis, elle n'a jamais dépassé la frontière. Que mes lecteurs ch'nordistes se manifestent si c'est le cas !

Pour les férus de belgicismes, une racuse popot(t)e est un ou une rapporteur, dans le cadre scolaire.

Ce mot viendrait du verbe raccuser, ou racuspoter.
L'enfant qui accuse est aussi appelé une raccusette (j'adore !)

On notera la foultitute d'orthographes possibles, les belges étant infoutus de se mettre d'accord sur quoi que ce soit. Et le pire, c'est qu'ils s'en balancent, ça ne dérange que les français.


Posté par Maritxu à 16:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

08 mars 2012

le plus beau

Par Maritxu

Moi : Tu es le plus beau petit garçon du monde entier !
Demi-Belge : Presque.
Moi : Comment ça presque ? Qui est le plus beau ?
Demi-Belge : Papa et moi.
Belge (du fin fond de la cuisine) : C'est bien mon fils !

Posté par Maritxu à 11:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mars 2012

Aujourd'hui : deux belles !

par Maritxu

Aujourd’hui, deux infos me font bondir.
En un, Dexia, qui change de nom aujourd’hui. Après deux sauvetages par l’état, ils pensent sérieusement que changer de nom va arranger les choses ? Qu’importe ! Pas de restructuration de fond et pas de remise en question massive de leur gestion, changeons juste de nom, les gens ne verront rien. Mais bien sûr, les erreurs de gestion sont liées au nom qu’on porte, tout le monde sait ça. Allez, ils gagnent de la pub gratuite. Ha ben non, même pas. Vous imaginez les frais pour changer toutes les enseignes, les en-têtes, j’en passe et des meilleurs ?
C’est moi ou les banques, non contentes d’être à côté de la plaque, nous prennent vraiment pour des veaux ?

Ensuite, l’éthylotest obligatoire dans les voitures à partir du 1er juillet. Et dire qu’il y a des abrutis qui se félicitent de ça au nom de la sécurité routière. Ben voyons. Qui va croire, qu’après une soirée arrosée, le gars qui est assez con pour reprendre le volant va prendre le soin de vérifier son alcoolémie, et surtout, tenir compte du résultat ? D’autant plus que vu le prix, les gens vont se contenter du seul obligatoire dans l’habitacle. Et que donc, s’ils l’utilisent avant de reprendre le volant (soyons fous), qu’ils sont sobres (miracle), hé ben ils se retrouvent quand même en infraction : il est utilisé lors du contrôle. Et va prouver au flic que tu viens de l’utiliser, hein, espère.
Non, vraiment, autant les triangles et les gilets j’étais pour, autant là… Je me demande vraiment à qui profite cette loi. Sarko aurait-il des copains directeurs d’usine d’éthylotest ? Ou il veut réduire le budget de la police et fait donc acheter au conducteur l’outil même de sa prune ?

Mesdames et messieurs, bonsoir.


Posté par Maritxu à 15:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 février 2012

Une semaine sans enfants

Par Maritxu

Samedi soir : Récupération
Dimanche soir : Chinois à emporter + film en amoureux
Lundi soir : Resto en amoureux (libanais, un délice)
Mardi après-midi : Coiffeur, pour me faire du bien. Le soir, un copain à manger à la maison.
Mercredi midi : Pot de départ d’un collègue, la suite est tellement prévisible que j’ai pris congé l’après-midi. J’ai bien fait.
Jeudi soir : Couple d’amis à manger à la maison, sans enfants eux non plus. Ca fait du bien de parler entre adultes des fois…
Vendredi soir : Fête à fracture spatio-temporelle. Ce genre de fête où tu passes une super bonne soirée, et il n’est que minuit, et qu’à peine 10 minutes plus tard il est 5 heures du matin et tu dors sur un banc. Y avait longtemps.

Il était temps qu’on récupère nos moutards, ma vie est fatigante sans eux.


Posté par Maritxu à 09:32 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
24 février 2012

Autosatisfaction

Par Maritxu

Ou comment TOUT tourner à son avantage.

C'est un super-pouvoir que je n'ai pas. Moi je suis plutôt du genre à demander pardon au poteau que je viens d'emplafonner et en plus me sentir coupable après.
Par contre, mon mari, lui, il est champion du monde.

Genre, pas plus tard qu'il y a quelques jours, il cale dans un carrefour après un redémarrage au feu.
Sans s'affoler, il reste en roue libre et redémarre en seconde pour ne pas s'arrêter en plein milieu.
Normal.
- houaa, t'as vu comme j'ai bien négocié !
- Comment ça ? T'as calé !
- Oui, bon, mais la gestion de la relance ! Nickel ! Personne n'a rien vu !
- Ben moi j'ai vu. T'as calé.
- Toi ça compte pas. J'ai géré comme un chef.
- Je REVE. T'as calé, et t'arrives encore à être fier de toi ! T'es juste pas possible comme gars...
- C'est ça la classe.

Posté par Maritxu à 08:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
23 février 2012

Pourquoi j'aime la Belgique ?

Par Maritxu

Cette soirée avait mal commencé.

Déjà, j'avais pas du tout envie d'aller faire les courses. J'ai horreur de ça. Mais comme on est bien obligés de manger et qu'en plus, nous avions des invités le lendemain, il fallait bien que quelqu'un s'y colle. C'est là qu'on comprend toute la stratégie de mon Belge qui part travailler à vélo... le petit malin.

C'est un supermarché d'une grande enseigne dans lequel je n'ai encore jamais mis les pieds.
Je fouille mon porte monnaie pour chercher une pièce d'un euro. Zutre. Je n'en n'ai pas. Avec un peu de chance... Ouf, il n'y a pas besoin de jeton, les caddies sont en libre-service.

Je grimpe la rampe d'accès au magasin. Arrivée en haut, je fais demi-tour : j'ai oublié mes sacs. Scregneugneu.

Je course, je course. Prise d'un doute, je veux vérifer une information qui se trouve dans mon portefeuille.
Damned. Où est mon portefeuille ??
Une fulgurance : à la maison. Devant l'ordinateur. Avec mes cartes de crédit dedans. Et tous mes papiers. Et forcément, j'ai choisi un magasin près de mon boulot plutôt que près de chez moi...

Booooon, c'était vraiment pas le jour de faire les courses. J'appelle Belge pour qu'il vienne m'amener tout ça. Coup de bol, je l'ai, second coup de bol, il est disponible, troisième coup de bol, il a une voiture. Ouf, tout s'arrange.
Il me rappelle 20 secondes après : finalement, il n'a pas de voiture. Rester zen. Je me résigne à tout redéposer dans les rayons, quand mon Belge me suggère de demander à ce qu'on me garde tout en chambre froide jusqu'à demain.

Pas bête.

Je cherche quelqu'un pour poser la question, et on me dirige vers le responsable.

Je lui explique mon problème, il me répond qu'il n'y a pas de souci : quel brave homme. Pour un peu je l'embrasserai. Tandis que je me confonds en remerciements, il me dit que finalement, il a réfléchi, comme je travaille à côté, je peux repartir avec mes courses ce soir et le payer demain.

J'en reste sans voix. Je lui explique bien que j'ai oublié mon portefeuille à la maison avec tous mes papiers dedans, que je n'ai aucun moyen de lui prouver mon identité. Il a bien compris, il me fait confiance.

Vous en connaissez beaucoup, vous, des gérants de magasins qui vous laissent repartir avec plus de 100€ de courses, sans une assurance, juste un nom et un numéro de téléphone ?

Vraiment, j'AIME la Belgique. D'amour.

Posté par Maritxu à 01:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]