15 février 2008

Day two: Tuesday, February, 12th

Aujourd'hui, on a choisi l'option "on se fait balader parce qu'on n'a pas de voiture et aucune intention d'en louer une". Donc on fait un tour en bus qui va jusqu'aux falaises de Moher, en passant par le Burren, Dunguaire Castle et Aillwee Caves. Oui, trente secondes, je vous explique tout ça, et dans l'ordre, en plus, petits veinards! ;-)

Nous sommes parties avec les bus Lallys Tour, qui organisent des promenades (en bus, bien sûr) aux falaises de Moher, et dans le Connemara. Nous, on a choisi de faire les falaises. En tout, ça m'a coûté 28 euros (20 euros pour le tour, et 8 euros en plus pour visiter la grotte).

Notre bus était supposé partir à 10h. Supposé, je dis bien. Un truc cool, avec l'Irlande, c'est qu'ils sont super cool avec les horaires. Alors c'est cool quand t'es en retard, mais c'est moins cool quand tu te pointes à l'heure. Et pour ceux qui me disent d'arriver toujours en retard, j'objecterai (si si) que l'Irlande est un des rares pays où les trains peuvent être en avance. Oh, pas de beaucoup, hein, une, deux minutes, mais quand même.

Donc, nous ne sommes pas partis à 10h, mais à 11h, et en plus, on a changé de bus. On n'était plus qu'une douzaine, et notre chauffeur, PJ, était très gentil et bien sympathique. Il commence par nous dire qu'il nous expliquera au fur et à mesure ce qu'on verra, mais que quand on arrivera aux falaises, y aura des moments où il arrêtera de parler parce que les routes sont hyper étroites et qu'il est sûr qu'on préfère qu'il se concentre...^^ On était tous d'accord!

08_02_Galway__39__Dunguaire_CastlePremier arrêt au chateau de Dunguaire, fermé en période hivernale, mais bon, on prend des photos, c'est déjà ça ^^. Apparemment en été, il y a des festins à la mode médiévale organisés dans ce château, ça a l'air vraiment sympa. On en fait rapidement le tour, histoire de voir, mais il y a encore 08_02_Galway__40__Dunguaire_Castlepas mal de brouillard à cette heure matinale (!). On croise les doigts très fort pour qu'il se soit levé quand on arrivera aux falaises, parce que ce serait ballot de ne rien voir du tout... surtout que le guide nous dit que, parfois, le brouillard peut rester pendant des semaines sans se lever... Chouette.

Ensuite, on passe dans le Burren. Alors, je croyais avoir déjà parlé du Burren ici, mais apparemment non, alors je le fais maintenant. Le Burren est donc un massif montagneux ("burren", c'est de l'irlandais, ça veut dire "great rocks": grandes pierres) constitué de pierre calcaire. Manifestement, c'est un endroit dont la flore vaut le détour, mais on n'y est peut-être pas allées au bon moment... Ma coloc et moi, on y avait déjà fait un tour grâce à Liam, irlandais qui pique, et qui marche tous les dimanches matins dans les montagnes/collines aux alentours de Tullamore (d'ailleurs, un jour, je lui consacrerai un article, parce qu'il le vaut bien). Et un jour, il a organisé une marche dans le Burren (comté de Clare). C'était la deuxième fois qu'on marchait avec lui: on a marché pendant 5 heures, il a fait gris, y avait du brouillard, il faisait super froid (c'était en octobre), et c'était déjà magnifique. Donc, là, on y retournait alors que le soleil pointait le bout de son nez, ça donnait envie. Et effectivement, c'était super beau.

2007_14_10_The_Burren__6_ 2007_14_10_The_Burren__7_

Le Burren en octobre, en marchant

 08_02_Galway__47__the_Burren 08_02_Galway__48__the_Burren

Le Burren en février, en bus

On s'arrête manger au Fitzpatrick's Bar, qui est presque trop moderne: on aurait bien aimé manger dans un petit truc tout à fait irlandais, mais bon... Au moins, c'était vraiment bon!

08_02_Galway__51__Cliffs_of_MoherEt puis, direction les falaises de Moher. Bon, il y avait un peu de brouillard accroché au bout, mais ça donnait un air mystique. C'était superbe, vraiment. Ça vaut plus que le coup! Les falaises sont bordées de murs en béton, pas jolis du tout, mais c'est apparemment un endroit très prisé par les suicidaires...
Normalement, par temps super clair (qu'on a raté de pas grand-chose), on peut apercevoir les îles d'Aran en face, et la baie de Galway sur la droite... mais là, non. :D

08_02_Galway__55__Cliffs_of_Moher 08_02_Galway__57__Cliffs_of_Moher 08_02_Galway__64__Cliffs_of_Moher

A couper le souffle. Même avec le brouillard! Et, attention, un vrai vent de l'Atlantique! Pas la peine d'aller chez le coiffeur avant..! Après, peut-être.... ;-)
08_02_Galway__81__Poulnabrone_DolmenEn rentrant, on fait deux petits arrêts: au dolmen de Poulnabrone (oui, moi aussi, ça me fait rire! :D), et aux grottes de Aillwee... Le dolmen est un dolmen, une fois qu'on en a fait le tour, c'est fini. Et la grotte est sympa, mais celle de Dunmore (que j'ai faite avec les petits Français, près de Kilkenny) était plus intéressante historiquement, car elle a servi de refuge, tandis que Aillwee est une grotte toute bête (si je peux me permettre), qui a simplement servi d'endroit d'hibernation pour les ours, quand ils habitaient encore l'Irlande. Cela dit, c'est quand même sympa, et même si on doit payer 8 euros en plus, c'est pas mal. On a refait l'expérience du noir total, et c'est vrai que ça fout un peu les jetons quand même; le guide nous demande de fermer les yeux et de les rouvrir 08_02_Galway__86__Aillwee_Cavesquand il le dit. A ce moment-là, il a éteint toutes les lumières dans la grotte, et on est dans le noir le plus complet. Vous entendez les gens, mais vous ne voyez rien, pas d'adaptation possible, vous pouvez mettre votre main devant votre visage, vous ne la verrez pas... C'est assez impressionnant, surtout quand on pense que dans des grottes comme Dunmore, les gens s'y cachaient, et n'avaient comme lumières que des torches, qui s'éteignaient bien vite...
On est rentrées vers 17h... Journée bien occupée, comme vous voyez!

Le soir, on a essayé un resto appelé Fat Freddy's (Quay Street), et ma foi, c'était très bon! Cuisine plutôt italienne (pâtes, pizzas, lasagnes), prix pas excessifs (même si j'y mangerai pas tous les jours non plus), et encore une fois, portions énormes! Après on s'est dirigées vers le Crane Bar (2 Sea Road et Small Crane), recommandé par Liam lui-même, qui est originaire de la région de Galway... On s'est donc dit que ça valait le coup d'essayer! Et puis finalement, on était fatiguées, la musique était bien
(même si c'était une session étudiante), mais ils ont mis du temps à s'organiser... Jugez plutôt: 6 violons, 4 guitares, un ukulélé électrique, une flûte, un accordéon.... pfiou! Trop compliqué, tout ça! Donc, on est pas restées, mais ça aurait pu être bien...! On ré essaiera la prochaine fois!

Voilà donc le "résumé" de la deuxième journée à Galway... Et la troisième sera très brêve.
 

Posté par Whizzbee à 08:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 février 2008

Galway Girls

Pendant ces vacances de février, ma coloc et moi avons décidé de rester en Irlande, pour en profiter un peu. Au départ, on voulait le Nord: Belfast, Chaussée des Géants, Londonderry, Tory Island... Mais bon, notre guide du routard (toujours pratique) nous disait que Londonderry (et pareil pour Donegal City), en trois minutes, on en aurait fait le tour, et pour Tory Island, petite île perdue au nord de l'Irlande, il faut prendre un ferry, et apparemment, pour aller jusqu'au port, il faut une voiture ou un taxi. Et on a autre chose à faire de nos sous que de prendre un taxi de Londonderry jusqu'au port!!

Donc, finalement, on s'est dit qu'on irait à Galway pendant trois jours, et qu'ensuite on irait à Belfast.

Donc première étape de nos vacances de février: Galway City!

Premier jour, lundi 11 février.

On arrive par le train (direct de Tullamore, en 1h30) vers 10h. Alors, ce qu'il faut dire, c'est qu'on a eu un temps ma-gni-fi-que. Ciel bleu pendant presque trois jours, alterné parfois de brouillard en soirée! On n'aurait pas pu rêver mieux pour visiter Galway.

08_02_Galway__02__Claddagh_HostelOn passe à notre auberge, The Claddagh Hostel (Queen Street), tout près de la gare. On va vite se rendre compte que, comme Galway, c'est tout petit, on est proche de tout... L'auberge est vraiment pas mal, assez propre, internet gratuit, télévision et dvds à volonté (pas qu'on ait vraiment l'intention d'en profiter, mais c'est un bon point!). Donc, auberge très sympa, pas trop chère, bien placée. On y a rencontré une Australienne en vadrouille depuis sept mois (!), et un Canadien qui cherchait un boulot car plus assez d'argent pour se payer le billet de retour (arg)... Cool, quoi. Mais on n'y a pas passé trop de temps, on avait tout une ville à visiter! ;-)


On s'arrête dans la première église qu'on trouve: St Nicholas' Church. Pas très grande, mais très jolie, un peu cachée derrière d'autres maisons.

08_02_Galway__14__St_Nicholas__Church          08_02_Galway__04__St_Nicholas__Church

08_02_Galway__16__walking_along_the_CorribOn déambule dans les rues de Galway, avec le soleil qui chauffe... :D Et puis on remonte vers la cathédrale par la rivière Corrib, qui est très ... active, pour une rivière, je trouve! Mais avec un ciel bleu comme ça, c'est une promenade vraiment agréable, qui ne dure pas trop longtemps. On voit un couple de canards, très intéressés, mais bon, on n'avait pas de pain sous la main, donc ils ont passé leur chemin...


08_02_Galway__21__Roman_Catholic_CathedralEt on arrive à la cathédrale... Et là: le choc. C'est magnifique! Elle est immense (pas une cathédrale pour rien, en même temps), et superbement décorée... une coupole verte, un orgue que domine une rosace très colorée, et... une boutique de souvenirs qui font un peu pitié, au milieu de toute cette grandeur (et je n'ai toujours pas réussi à percer le mystère: un vendeur ou une vendeuse? Le doute persiste).

Enfin, on a le souffle coupé en rentrant dans cette cathédrale... C'est vraiment très très beau, et ça vaut absolument le détour (qui vous prendra dix minutes, si vous êtes sur Galway).

08_02_Galway__24__Roman_Catholic_Cathedral 08_02_Galway__28__Roman_Catholic_Cathedral

En chemin vers le centre, je trouve enfin le sac de voyage pour un week end que je cherche depuis des millénaires (au moins).
08_02_Galway__33__visit_a_wear_Sinon, on fait un peu de shopping (et oui, on est des filles) (mais on est très raisonnables aussi), et en allant à A-Wear (boutique bien sympa où j'ai trouvé mon manteau rouge), on se rend compte qu'effectivement, il faut tout visiter à Galway! Même dans les boutiques de fringues pour filles, il y a des trucs historiques... 0_o! Pour ceux qui n'arriveraient pas à lire, le morceau de mur est une relique de l'ancien mur d'enceinte de Galway.
C'est épatant, comme dirait notre grand-mère.

Sinon, grâce au routard, on a pu manger dans des bons petits restos pas trop chers: le premier, Home Plate, petit restau organique très sympa (13, Mary Street, plats de 6 à 10 euros). Tout petit, les gens sont très gentils, la nourriture délicieuse, et les portions énormes: j'ai pas fini mon assiette, et pourtant, Dieu sait que je suis gourmande et que je déteste gâcher... Et le deuxième, Couch Potatas (40, Upper Abbeygate Street, 8-10 euros), où tout est fait à base de ... patates! ^^ Les portions sont énormes aussi, mais le service laisse à désirer... Disons qe la serveuse pourrait être plus aimable, ça lui casserait pas une jambe.

08_02_Galway__35__The_QuaysEt en fin de soirée, nous sommes allées faire un tour au Quays (Quay Street), pub recommandé par le routard, toujours. Il y a un décor d'église importée d'Ecosse à l'intérieur, ce qui donne une atmosphère particulière, très sympa. Alors, désolée, pas pris de photos, parce que ça faisait vraiment trop touriste, on n'a pas osé.... :s mais j'ai pris les toucans qui se faisaient des bisous sur la vitrine... :D On y a rencontré deux Sud-Africains, très très trèèèès sympas, mais bon, ils repartaient en voiture le lendemain vers Cork. :s

Et bien, voilà, premier jour over! Rendez-vous demain pour de nouvelles aventures! Au programme, bus tour, falaises, et beaucoup de vent!
 

Posté par Whizzbee à 13:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
13 février 2008

Bébé me manque

Par Maritxu

La nounou est en vacances pour la semaine.
Moi pas.

Vous cernez en 15 secondes l'étendue de mon problème.
Mais ce n'est pas grave me direz-vous, il y a les grands-mères, elles vont être ravies ! Ca oui, pour être ravies, elles sont ravies, mais elles habitent toutes les deux à 3 heures de route de chez moi. Donc, si je leur donne mon bébé, je ne le vois plus.

Ben j'ai pas eu le choix. La mort dans l'âme et des sanglots dans la voix (sisi, j'ai pleuré, ne vous moquez pas), j'ai confié la chair de ma chair, mon enfant, mon... bon, ok, j'ai compris j'arrête.
Bref, j'ai collé mon braillard chez ma belle-mère et contre tout attente, il me manque. Je me réveille au milieu de la nuit en me demandant si je ne l'ai pas entendu pleurer, et puis j'ai un sursaut en me rappelant qu'il n'est pas là. Je me réveille tous les jours à 6 heures du matin en pleine forme, alors que ça ne sert à rien. Et je suis prête à parier que la semaine prochaine, à 6 heures je serai aux abonnés absents, reveillée en fanfare par un Loulou remonté à bloc. Allez comprendre.

En attendant, j'ai une belle-mère formidable (pour de vrai), qui m'envoie des supers photos de ma marmaille tous les jours pour me consoler. Et comme les photos sont magnifiques et que du coup mon bébé aussi, je ne résiste pas à vous en faire profiter...

3 3

11

3 12

Il a vraiment l'air malheureux. Vivement vendredi que je le récupère.

PS : pour l'entretien, ça c'est super bien passé, mais le poste n'est pas pour tout de suite. Donc je continue à chercher doucettement. Voilà.

Posté par Maritxu à 11:08 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
08 février 2008

Peter Pan

Une conversation récente avec ma colocataire française m'a remise dans le bain "Peter Pan". Je crois que j'ai toujours adoré cette histoire, comme beaucoup de monde. Un petit garçon qui ne veut pas grandir, qui fait la loi dans son pays, qui vole dans les airs...

peter_panComme tout le monde, j'ai découvert Peter Pan avec Walt Disney, et en faisant un petit tour sur Google (mon grand ami Google), je découvre que le film est sorti en... 1953! Et moi qui croyais que le film avait presque le même âge que moi, ou au moins que mon frère et ma soeur, et bah non, pas du tout!
Et puis, un peu plus tard, j'ai vu Hook (ou la revanche du Capitaine Crochet), sorti en 1992 (nettement plus contemporain!), avec, excusez du peu, Robin Williams, Dustin Hoffman, Julia Roberts, Ladie Maggie Smith (bien connue pour son rôle de directrice de Griffondor), Bob Hoskins et (je l'apprends comme vous) Glenn Close et Phil Collins au casting. Ce film reste un de mes films d'enfance préféré! Dustin Hoffman reste à ce jour le meilleur Crochet à mes yeux.
Récemment, on a eu droit à une vraie adaptation du livre de James Barrie: le Peter Pan sorti en 2003, avec Jason Isaacs (bien connu pour son rôle de Lucius Malfoy). Ce film, contrairement aux deux précédents, est une adaptation assez proche du livre. Il est d'ailleurs peut-être mieux selon moi de lire le bouquin avant de voir ce film, car l'adaptation se veut vraiment proche de l'original, et je dois reconnaître que c'est assez réussi.
Enfin, Neverland, sorti en 2004... Je n'ai que deux mots à dire: Johnny Depp. :D Et Kate Winslet, et encore Dustin Hoffman, et le phénoménal Freddie Highmore qui a bien du talent! Ce film raconte comment James Barrie a écrit l'histoire de Peter Pan, ou le petit garçon qui ne voulait pas grandir. Et, tout ce que je peux dire, c'est Oh My God! Ce film est fantastique. Je suis allée le voir au cinéma, et quand il s'est terminé, je n'avais pas la moindre envie de sortir de la salle et retrouver mon Paris tout gris, tout bruyant, tout pas Peter Pan.

Et enfin, j'ai lu le livre. En anglais, bien sûr! ^^ Mais bon, c'est un livre/une pièce pour enfants, donc ça n'est pas non plus trop compliqué. Et c'était vraiment bien! Je suis d'habitude plus pour lire le livre et ensuite voir l'adaptation, si adaptation il y a, mais bon, là, je n'avais pas le choix. En lisant le livre, pour chaque passage, j'avais un souvenir d'un des quatre films que je viens de citer.
Lorsque Mr Darling n'arrive pas à mettre ses boutons de manchette (ou ne les retrouve plus, je ne sais plus), j'imaginais le Mr Darling de Walt Disney, tout rouge de colère.
Lorsque Mouche entre en scène, je vois Bob Hoskins.
Lorsque Crochet est vraiment méchant, je vois Jason Isaacs, contre qui, pour une fois, je n'aimerais pas me frotter.
Et lorsque John, ou Michael refuse fermement d'aller au lit, face à une Nana intraitable (I won't go to bed, I won't, I won't!), je vois Neverland quand ils montent la pièce sur scène.

Lire ce livre a été plus qu'un plaisir à lire... j'ai revu tous ces films en lisant un seul livre! Si vous aimez Peter Pan, si vous avez vu les films cités, je ne peux que vous conseiller de lire l'oeuvre originale. Et si vous n'avez pas vu les films, je vous les conseille aussi... Histoire de retomber en enfance, pendant une heure ou deux.

Et vous, Peter Pan, vous aimez?
Quel personnage vous faisait rêver quand vous étiez enfant?

Posté par Whizzbee à 19:54 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

Comme une puce

par Maritxu

J’en ai ras-le-bol de mon boulot.
C’est dans l’air du temps, apparemment, Amaia n’est pas au top non plus…

Bon, faut dire aussi que je n’ai pas le feu sacré, et que pour perdurer dans le métier que je fais, faut toujours évoluer, et donc s’intéresser, se documenter… et moi au bout d’un moment, je suis gavée, ça me gonfle. La géotechnique, ça va cinq minutes. Et là, ça fait 4 ans.
Si je fais mon autocritique, je m’aperçois que ce n’est pas le travail en lui-même qui me pèse, c’est plutôt le management. Voilà, en un mot comme en cent, j’ai un mauvais chef. Niveau technique, c’est bon, niveau administratif, c’est un pro, niveau relationnel, c’est une merde un nul. Il n’a pas la manière, ni les formes, ni rien du tout d’ailleurs. Boulot boulot, et ta gueule, il s’en tape. Même pour parler boulot, à chaque fois, t’as l’impression qu’il t’engueule. Jamais un compliment ni une félicitation. Quand t’as tort, c’est de ta faute, quand t’as raison, c’est grâce à lui (j’te l’avais bien dit !).

Et puis, bosser comme une dingue de 8h à 19h, tous les jours, me voir faire les gros yeux parce que je pars la première (ben oui, j’ai un bébé que j’aimerai bien voir un peu plus d’une heure par jour), avoir des responsabilités de malade, tout ça pour un salaire inférieur à 1700€, moi je dis stop.
Il y a surement moyen d’être payé plus cher ou de faire moins d’heures, au choix, mais plus les deux.

Donc, j’ai commencé à regarder ailleurs depuis le début de l’année… Doucement, hein, en plus il s’agit de rester dans la région jusqu’en septembre, parce que Chéri et moi avons divers engagements.
J’ai regardé sans vraiment chercher, juste « pour voir ». J’ai répondu à une annonce. Une seule, en début de semaine, pour un poste à Lille.

.

.

Ils m’ont appelé ce matin, j’ai rendez-vous lundi !
OOOUUUUAAAAIIIIIIISSSSSSSSS

Posté par Maritxu à 12:03 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

04 février 2008

Carnaval

Par Maritxu

Ce week end, c'était le premier carnaval d'Arthur.
Pas celui de Dunkerque, non.
Pas celui de Binche non plus (quoi vous ne connaissez pas le carnaval de Binche et ses Gilles ?)

n625264287_287743_7089Celui de Malmedy, ville d'à côté de celle de mon chéri de mari belge. Le carnaval de Malmedy, c'est avant tout quatre jeudis gras de beuverie. C'est ensuite une ouverture le samedi à 14h et beuverie jusqu'au lendemain. Mais c'est aussi et surtout un cortège du dimanche qui vaut le détour. Un cortège où il y a plus de personnes déguisées que de spectateurs. Où chaque costume a une histoire, un rôle à jouer. D'ailleurs, dès que j'ai un peu plus de temps, je vous ferai un cours en bonne et dûe forme, vous n'y couperez pas.

Mais, après une nuit pas nette, 15 jours de réveils en pleine nuit pour cause de bébé pas dans son assiette, ça donne des discussions d'anthologie. Genre :

- Mais c'est qui Charles ?
- Ben c'est lui là ! Tu ne le vois pas ?
- Ben non.
- Mais si, regarde, la poule de gauche !

Je ne sais pas si c'est drôle hors contexte, mais dedans, moi, j'ai pas pu m'arrêter pendant dix minutes.

Posté par Maritxu à 18:47 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
02 février 2008

Mais qu'allais-je faire dans cette galère?

Etat de stress: maximal.
Motivation: nulle.
Idées claires: zéro.

Un blog étant fait pour s'étendre sur ses petits problèmes, aujourd'hui, je m'étends.

J'ai 21 ans, je sors de prépa littéraire suivie d'une licence d'anglais-fle, je glande un an en Irlande, et je n'ai aucune idée de ce que pourrait être fait mon avenir. Aucune. Et cette pensée me terrifie.

Alors, oui, je sais, on n'est qu'en février. Je n'ai 21 ans. Mais, je ne peux pas m'en empêcher. Ca tourne, tourne et retourne dans ma tête. Qu'est ce que je veux faire? Je ne sais pas. Aucune idée. Rien. Que dalle. Des clous!

Je fais des listes. Ce que j'aime: vivre à l'étranger, parler anglais, parler aux gens, le cinéma, parler du cinéma. J'aime bien écrire, mais je suis rarement bonne sur la longueur. Et la synthèse, c'est pas franchement mon truc non plus.
J'ai récemment lu Chagrin d'école, de Pennac (très bon, d'ailleurs - un peu [beaucoup] narcissique, mais très bon), où il fait l'apologie du cancre: le vrai cancre, mauvais à l'école, montre toujours un talent pour une activité extra-scolaire, dans laquelle il excelle. A partir de là, quoi de plus simple que de tout mettre en oeuvre pour arriver à son but?
Moi, au contraire, j'ai toujours été première de classe. Presque toujours, d'accord. Je suis bonne dans beaucoup de choses, je m'intéresse à un tas de trucs. Je suis pas bête, je suis paumée. En tant que première de classe, je ne sais pas quoi choisir, où aller. Je sais, vous pouvez me dire "c'est n'importe quoi". Oui, c'est tout à fait n'importe quoi. Je pourrais faire des tas de choses, et je suis incapable de savoir quoi.

Récemment, j'ai envisagé prof, journaliste. Prof, je peux le faire, surtout en pays anglophone, l'apprentissage des langues, c'est de la rigolade. Mais bon, ce n'est pas ce que je veux faire. Et journaliste, l'idée en soi, oui, bien sûr. Mais journaliste, c'est pas l'idée en soi. Journaliste, c'est mal payé, on n'écrit pas sur ce qu'on veut, on se fait un nom au bout de dix ans... Vu comme ça, ça donne pas envie. En plus, moi, ce qui m'intéresserait, c'est journaliste cinéma. A chaque fois que je dis ça, les gens me regardent comme si j'avais dit que l'année prochaine, je gagne un Oscar.
Y a ça aussi. Mon vieux rêve de théâtre....

Bon, voilà, vous voyez le tableau. C'est un peu la lose, en ce moment. Je suis vide d'idées.

m_lancolie

(bon, promis, dans une semaine, je pars à Galway, Belfast et chaussée des Géants, je vous raconterai des choses plus marrantes)

Posté par Whizzbee à 19:12 - Commentaires [1] - Permalien [#]
24 janvier 2008

L'irlandais en s'amusant (ou presque)

L'irlandais, vous vous en doutez, n'est pas une langue facile à prononcer. Une fois que vous aurez compris que craic (fun) se prononce « crac », failte (welcome) se dit « faltcha », you'll get the picture.

Mais, comme dans beaucoup de langues difficiles, la prononciation des noms propres irlandais est un délice. Surtout comparé à la façon dont ils s'écrivent.

(prononciation approximative, évidemment, c'est pas facile de transcrire ces noms de façon simple)

Les usuels: Connor, Seán (Shonn), Seamus (Shimeus) et Cormac.

Ca se corse: Ciarán et Kieran (Kiran), Cían (K-i-an), Niall (Naïaul), Fergal, Geoff (Jeff), Killian (Kil-i-an), Colm (Colom) Declan (bien prononcer Déclan, et pas Diclan – ils s'offusquent, « dick » n'est pas un joli mot en anglais).

Plus la peine de ne serait-ce que penser à les prononcer comme ils s'écrivent: Cathal (Caral – prononcer le « th » un peu comme la jota espagnole – et encore), Eoghan et Eoin (Owen), Padraig (Porrig), Oisín (Oïjin), Diarmuid (attention: Daïarmid), Eamon (Imonn).

Il y a des filles aussi (mais pas dans mon école ;-): Niamh (Nive), Aine (Ogna), Aoife (Ifa), etc.

Et dire que je m'y suis habituée. :D

Et puis, bien sûr, j'ai quantité de James, John, Jack, Michael, Paul, Jamie (ah, mes Jamie... ^^), Shane, Ben, Denis, Rory, etc!

Et j'ai un Ken. :-)


Cela dit, dans les sept classes à majorité d'élèves irlandais que j'ai, je n'ai qu'un Seamus.  Quand je vois que le seul sorcier irlandais dans Harry Potter s'appelle Seamus Finnigan, je me sens lésée. Surtout que y a pas un seul Finnigan non plus.

EDIT: Pour répondre à la question de Maritxu, qui est "combien de O'Machin j'ai dans mes élèves": tous les garçons s'appellent O'Truc, Machin ou Bidule. Tous, sans exception. Tout simplement parce que c'est la façon de désigner un homme en irlandais. Son nom est précédé du "O", bien connu de tous, et les filles sont appelées "Ni'Machin/Truc/Bidule". Certains l'ont gardé dans la traduction anglaise, c'est tout...^^ Donc théoriquement, tous mes élèves ont ce "O" accroché à leur nom de famille.

(et puis dans les filles, j'ai oublié les Sinéad [shinaid], Maire [Moïra], Mairead [Meraid]...^^ Et aujourd'hui j'ai découvert que Seamus était la version irlandaise de James/Jacques! On en apprend tous les jours en Irlande, c'est fou.)

Posté par Whizzbee à 18:42 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

Comptines

Par Maritxu

Quiconque a été un jour un enfant a entendu « un grand cerf dans sa maison ».

Quiconque a un jour côtoyé un enfant de moins de 3 ans a mimé « un grand cerf dans sa maison ».

Quiconque a un jour essayé de chanter cette comptine en duo avec un autre adulte s’est aperçu qu’on n’a pas exactement les mêmes paroles !

En effet, deux versions de cette magnifique, inépuisable et transgénérationelle chanson existent :

Celle-ci

Dans sa maison, un grand cerf
Regardait par la fenêtrecerf
Un lapin venir à lui
Et frapper à l'huis :
"Cerf, cerf, ouvre-moi
Ou le chasseur me tuera !"
"Lapin, lapin, entre et viens
Me serrer la main !"

Et celle-là

Un grand cerf, dans sa maison,
Regardait par la fenêtre,
Un lapin venir à lui,
Et crier ainsi:
"Cerf, cerf, ouvre-moi,
Ou le chasseur me tuera !"
"Lapin, lapin, entre donc,
Me serrer la main."

D’un point de vue strictement personnel, j’avoue me servir de la version 2 avec une touche de version 1, encore qu’à mon avis, Arthur se fiche éperdument de ce que je raconte, étant vachement plus intéressé par les gestes.

Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir qu’un deuxième couplet existait également !! Je le livre à vos yeux fébriles et ébahis (vous avez noté comme une biographie de Gotlib reçue à Noel peut avoir des conséquences sur les adjectifs qu’on emploie au quotidien ?) :

Le petit lapin entra

Et le chasseur s'en alla.

Le grand cerf fit à manger :

Carottes et navets.

"Cerf, cerf, grand merci !

Tu es mon meilleur ami"

Et le lapin réjoui

Reparti chez lui !

Edifiant. Je suis bien contente d'être venue.

D’ailleurs, en parlant de comptines pour enfants, je suis persuadée que « à la claire fontaine » n’est pas la douce et belle chanson qu’on voudrait nous faire croire. Petit rappel du texte :

A la claire fontaine, m'en allant promener,

J'ai trouvé l'eau si belle que je m'y suis baignée.

Il y a longtemps que je t'aime, jamais je ne t'oublierai. 

Sous les feuilles d'un chêne je me suis fait sécher,

Sur la plus haute branche, un rossignol chantait…

Chante, rossignol, chante, toi qui as le cœur gai,

Tu as le cœur à rire, moi je l'ai à pleurer. »…

« C'est pour mon ami Pierre qui ne veut plus m'aimer,

Pour un bouton de rose que je lui refusai. »…

« Je voudrais que la rose fût encore au rosier

Et que mon ami Pierre fût encore à m'aimer. »

Sans rire, vous pensez que son copain Pierre lui refuse son amitié pour une bête fleur ? Ne pourrait-on pas penser que le fameux « bouton de rose » est une jolie expression pour parler du sexe féminin ? Ce ne serait a priori pas la première fois qu’on le comparerait à une fleur…

Donc, à la lumière de ce nouvel éclairage, on comprend mieux pourquoi Pierre fait la gueule : sa copine n’a non seulement pas voulu lui offrir son pucelage, mais en plus elle l’a donné à quelqu’un d’autre !

Alors, les comptines de nos enfants seraient-elles des poèmes libertins d’un autre siècle ?

Posté par Maritxu à 14:26 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
23 janvier 2008

Enorme !

Par Maritxu

Récemment, au hasard de mes pérégrinations internettives (je dis c'qu'j'veux!), je suis tombée sur ça :

vin

Et j'ai bien ri ! J'adore : "le vin c'est le lait des vieillards" !! Je pense que mon grand-père va apprécier ces précieux conseils de Monsieur Pasteur en personne.

Bon, pour être tout à fait franche, j'ai vu la citation sur la page Facebook d'une copine et j'ai par la suite retrouvé le document originial. Rendons à César-sofi ce qui lui appartient...

Posté par Maritxu à 11:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]