27 août 2014

Mon fils joue à Tryphon

par Maritxu

C'est familial, et ça dure depuis déjà des années : le Demi-belge entend mal. Je fais ce que je peux, mais entre les vacances, les bains de mer et le laisser-aller général, ça ne s'est pas arrangé cet été.

Nous sommes en camping. On est là un peu à l'arrache, et du coup, le matin, j'ai du lait, des cérales, mais rien pour les mettre ensemble.

- Bon, je suis embêtée, parce que j'ai rien pour mettre tes corn flakes, j'ai pas de tasse.
- Ha ? Tu n'as qu'à me donner un bol, ça m'ira bien !
- Huhuhu, tu ferais pas un peu ta Marie-Antoinette toi ?
- Hein ? Je dois me marier avec qui ?
- (hilare) Non, Marie-Antoinette !
- (horrifié) Je dois me marier avec les toilettes ??

Là, je tenais plus, j'ai éclaté de rire.
Puis je lui ai quand même expliqué le coup du pain et de la brioche.

 

Posté par Maritxu à 07:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 août 2014

Les soustractions

par Maritxu

On a vu récemment que mon fils aimait les calculs. Après la corvée de lecture/écriture des vacances, il me réclame des calculs. Je lui ponds des additions volontairement compliquées, avec des retenues, des soustractions simples, et puis une difficile, avec retenue, pour voir un peu sa réaction. Il n'a jamais vu ça et on n'a pas encore abordé le sujet.

85-76 = ?

- Maman, je ne sais pas la faire celle-là.
- C'est normal mon coeur, je l'ai fait exprès. Il faut poser la soustraction comme pour les additions, et après on travaille en colonnes, pareil. Tu l'as fait ? Bien. Bon, dernière colonne, 5-6, ça donne quoi ?

A ce stade de la réflexion, j'attendais quelque chose comme " c'est impossible" et j'aurais rebondi sur la méthode de retenue. Or, sans une hésitation, demi-belge répond :

- Moins 1.

Souffle coupé. Il n'a même pas 7 ans. Je me rappelle parfaitement que cette notion de nombres relatifs est vue à l'entrée au collège. 11 ans quoi. Tout vient d'une fois où il m'avait dit qu'avant zéro il n'y avait rien et que j'avais rigolé en répliquant bien sûr que si, tu comptes à l'envers -1, -2, -3 etc. Mais je savais bien qu'il était trop petit que c'était dans le vent. Ben non. Non seulement il écoute, mais en plus, il enregistre et comprend.

Ce gamin m'étonne tous les jours. 

Posté par Maritxu à 08:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 août 2014

Le jeu de l'oie

Par Maritxu

Madie et son fillot préféré (car unique) aka le demi-belge, jouent au jeu de l'oie. Au lieu de dénombrer les points affichés par le dé, Madie entraine Demi-Belge à additionner les cases. Ca tombe bien, mon fils adorde ça, les calculs.

- Bon, on est à la case 89, le dé affiche 3. Donc 89+3 ça fait ?

Il réfléchit un peu trop longtemps pour Madie, qui répond à sa place :
- Allez, quatre-vingt douze. Déplace ton pion.

Là, je vois mon doucet tout perdu, son pion en main, ne sachant pas où le mettre. Je passe derrière lui et lui murmure :
- Nonante deux.

L'éclair de compréhension se produit. Il fait "haaaaaaa" et rétorque à sa grand-mère :
- Mais Madie, tu vois, il faut compter en belge, puisque c'est aussi écrit en belge sur le jeu !

 

 

 

Posté par Maritxu à 12:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 juillet 2014

Anniversaire

Par Maritxu

Dimanche, c'était mon anniversaire. 35 ans. Ca fait vieux 35 ans ? J'ai l'air vieille ? En fait, je m'en fiche un peu. J'ai d'autres choses à penser en ce moment.

Je n'avais rappelé la date à personne. Je suis allée seule voir mes enfants chez mes beaux-parents. Comme ils ne sont pas très à cheval ni sur les dates ni sur les célébrations, et qu'on avait en plus magistralement oublié l'anniversaire de mon beau-père la semaine dernière, je me suis bien gardée d'en parler.

Et le matin, j'ai eu des fleurs fraichement coupées, et une carte de mes enfants, qu'ils leur avaient fait faire. J'étais émue. Pas de cadeau  matériel, mais le meilleur cadeau qui puisse être : une sieste avec mes enfants.

Tout le monde était fatigué d'une journée "festival médiéval" de la veille, et malgré les protestations de mon grand, j'en ai pris un sous chaque bras, dans mon grand lit. Je ne savais pas si on réussirait à dormir, entre les gigotages de la Pucine et les "mais j'ai pas sommeil moi" du Demi-belge. Tout le monde s'est endormi contre moi en dix minutes à peine.

Et moi, coincée entre mes deux mouflets, j'ai sombré également en pensant que je n'échangerais ma place contre rien au monde. 

Nos trois respirations emmelées étaient mon plus beau cadeau d'anniversaire.

Posté par Maritxu à 11:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
28 juillet 2014

Best. Kids. Ever.

Par Maritxu

 

Parfaitement, les meilleurs enfants du monde.

Conversation privée entendue au vol entre mes deux mouflets :
- Tu sais Pucine, tu en as de la chance d'avoir une maman aussi belle.
- Oui !
- Et moi aussi j'ai de la chance, parce que c'est ma maman aussi !

Je vous avais bien dit.

 

Posté par Maritxu à 10:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

14 juillet 2014

Mamaaaaaan ??

Par Maritxu

 

La Pucine arrive vers moi avec des ciseaux dans les mains, et une toute petite mine :

- Mamaaaannnnn ? Je... Je peux me couper mes... mes cheveux ?

Un rapide coup d'oeil au sol : du blond; dans sa main, du blond; dans ses cheveux, beaucoup moins de blond.

- Oui ma chérie, je vais te faire ça moi-même, mais il faut que j'arrête de rire d'abord.

 

Posté par Maritxu à 08:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juillet 2014

En attente.

par Maritxu

 

J'ai l'impression d'être dans un aéroport, en transit, descendue d'un vol et pas encore montée dans ma correspondance.
Pour des tas de raisons que j'évoquerai peut-être plus tard ici, je suis obligée de rester dans cette zone d'attente encore quelques semaines. Cela ne m'enchante pas. J'ai envie de faire plein de plans d'avenir, mais ça me fait pleurer, et "on" m'a conseillé de vivre dans le présent.
C'était vrai que je projetais trop et que j'oubliais de vivre l'instant. J'y travaille. Voyez, je pense même à vous, lecteurs du blog qui trouvent le temps long entre deux anecdotes enfantines.
Ma vie n'est pas drôle en ce moment, mais je m'occupe à la rendre plus belle. Pour l'instant, la seule façon de faire, c'est d'attendre. J'enrage d'être la spectatrice de ma propre vie.

Heureusement, les enfants sont là.

J'ai même eu des compliments sur Pucine à sa plaine de vacance !! On m'a rapporté qu'elle était facile, sage et qu'elle suivait les instructions. Surréaliste. Voyez, rien n'est impossible.

Posté par Maritxu à 11:39 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
12 juin 2014

Le caractère

Par Maritxu

 

On me dit souvent que ma deuxième, si mignonne, si blonde, si "yeux-bleus", a du caractère. De caractère à caractérielle, la marge est grande. Et pourtant, sautons le pas, je vous l'affirme, Pucine est bien caractérielle.

J'ai l'impression qu'il y a beaucoup de colère en elle, et qu'il faut qu'elle s'exprime malgré tout l'amour dont nous l'entourons.

Je n'ai pas su comment réagir tout de suite. Faut dire qu'on est un peu désemparé devant un enfant, presque un bébé encore, qui hurle sans s'arrêter en tapant et en lançant tout ce qui se trouve à sa portée. Ca peut durer jusqu'à une heure. Oui, c'est long. Pour nous aussi figurez-vous.

Au début, je répondais par des tapes sur les doigts, pire, des fessées, ou l'arme totale (qui a fonctionné, mais que je n'utiliserai plus, c'est trop violent) : la douche froide toute habillée. Et puis que je me suis dit que la violence n'engendrerait que la violence, et j'essaie de garder mon calme et de trouver des punitions non-violentes. Comme la punir dans sa chambre, par exemple. Maintenant qu'elle est plus grande, c'est efficace, mais avant, j'ai été obligée de fermer à clé pour l'empêcher de sortir, et elle a tapé dans la porte avec la dernière énergie jusqu'à ce qu'on intervienne... Dur.

Je ne sais pas pourquoi elle est comme ça. Je ne sais pas pourquoi elle ne veut pas participer aux danses collectives à l'école, et je ne sais pas plus pourquoi elle balance des coups de pieds au malheureux premier qui la touche ou la regarde de trop près. Il parait que son père était comme ça, et sa colère à lui n'est toujours pas passée... Je ne veux pas qu'elle développe la même amertume que lui.

Je sais juste que je vais mettre tout mon amour à sa disposition, que je vais déployer des trésors de patience, et que je vais y arriver, à lui faire maitriser ses colères. Par l'exemple. Par la douceur. Et tant pis si je dérape, je recommencerai. Encore et encore, jusqu'à ce que ça rentre dans sa tête de pioche : je l'aime et il est inutile de se mettre dans de tels états.

Heureusement qu'elle est jolie, sinon, il y a longtemps que j'aurais demandé à être remboursée !

Posté par Maritxu à 13:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 juin 2014

Sur le chemin

par Maritxu

- Maman, dis, on va où là ?

- On continue encore un peu, et juste avant le cimetière, on descend l'escalier et on suit le ruisseau.

- Haaaa, ouiiiii ! On prend le passage secret ! Chouette ! On va en vécure, nous, des aventures !

Posté par Maritxu à 11:18 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
27 mai 2014

Foot

Par maritxu (Amaia existe-t-elle toujours ? Ce ne serait pas ma soeur que je skype régulièrement, j'en douterai)

C'est bientôt la coupe du monde.

Les belges sont qualifiés vous vous imaginez ? Non ? Moi non plus.
Mais à l'école, tout le monde est supporter. Au bureau, je connais au moins 3 collègues adultes qui remplissent leurs albums panini. C'est de la folie.

Au milieu de tout ça, mon Demi-Belge d'amour m'a annoncé l'autre jour :

"Tu sais maman, moi, je ne suis pas un vrai garçon parce que je n'aime pas le foot".

Bien, lobbying social oblige, il a quand même en permanence un tatouage des Diables Rouges au bras, il recompte religieusement ses stickers carrefour, et s'est fait une raison : non, maman n'achètera pas l'album pour les coller.

Non mais sans blagues.

Posté par Maritxu à 14:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]