28 juillet 2014

Best. Kids. Ever.

Par Maritxu

 

Parfaitement, les meilleurs enfants du monde.

Conversation privée entendue au vol entre mes deux mouflets :
- Tu sais Pucine, tu en as de la chance d'avoir une maman aussi belle.
- Oui !
- Et moi aussi j'ai de la chance, parce que c'est ma maman aussi !

Je vous avais bien dit.

 

Posté par Maritxu à 10:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

14 juillet 2014

Mamaaaaaan ??

Par Maritxu

 

La Pucine arrive vers moi avec des ciseaux dans les mains, et une toute petite mine :

- Mamaaaannnnn ? Je... Je peux me couper mes... mes cheveux ?

Un rapide coup d'oeil au sol : du blond; dans sa main, du blond; dans ses cheveux, beaucoup moins de blond.

- Oui ma chérie, je vais te faire ça moi-même, mais il faut que j'arrête de rire d'abord.

 

Posté par Maritxu à 08:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juillet 2014

En attente.

par Maritxu

 

J'ai l'impression d'être dans un aéroport, en transit, descendue d'un vol et pas encore montée dans ma correspondance.
Pour des tas de raisons que j'évoquerai peut-être plus tard ici, je suis obligée de rester dans cette zone d'attente encore quelques semaines. Cela ne m'enchante pas. J'ai envie de faire plein de plans d'avenir, mais ça me fait pleurer, et "on" m'a conseillé de vivre dans le présent.
C'était vrai que je projetais trop et que j'oubliais de vivre l'instant. J'y travaille. Voyez, je pense même à vous, lecteurs du blog qui trouvent le temps long entre deux anecdotes enfantines.
Ma vie n'est pas drôle en ce moment, mais je m'occupe à la rendre plus belle. Pour l'instant, la seule façon de faire, c'est d'attendre. J'enrage d'être la spectatrice de ma propre vie.

Heureusement, les enfants sont là.

J'ai même eu des compliments sur Pucine à sa plaine de vacance !! On m'a rapporté qu'elle était facile, sage et qu'elle suivait les instructions. Surréaliste. Voyez, rien n'est impossible.

Posté par Maritxu à 11:39 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
12 juin 2014

Le caractère

Par Maritxu

 

On me dit souvent que ma deuxième, si mignonne, si blonde, si "yeux-bleus", a du caractère. De caractère à caractérielle, la marge est grande. Et pourtant, sautons le pas, je vous l'affirme, Pucine est bien caractérielle.

J'ai l'impression qu'il y a beaucoup de colère en elle, et qu'il faut qu'elle s'exprime malgré tout l'amour dont nous l'entourons.

Je n'ai pas su comment réagir tout de suite. Faut dire qu'on est un peu désemparé devant un enfant, presque un bébé encore, qui hurle sans s'arrêter en tapant et en lançant tout ce qui se trouve à sa portée. Ca peut durer jusqu'à une heure. Oui, c'est long. Pour nous aussi figurez-vous.

Au début, je répondais par des tapes sur les doigts, pire, des fessées, ou l'arme totale (qui a fonctionné, mais que je n'utiliserai plus, c'est trop violent) : la douche froide toute habillée. Et puis que je me suis dit que la violence n'engendrerait que la violence, et j'essaie de garder mon calme et de trouver des punitions non-violentes. Comme la punir dans sa chambre, par exemple. Maintenant qu'elle est plus grande, c'est efficace, mais avant, j'ai été obligée de fermer à clé pour l'empêcher de sortir, et elle a tapé dans la porte avec la dernière énergie jusqu'à ce qu'on intervienne... Dur.

Je ne sais pas pourquoi elle est comme ça. Je ne sais pas pourquoi elle ne veut pas participer aux danses collectives à l'école, et je ne sais pas plus pourquoi elle balance des coups de pieds au malheureux premier qui la touche ou la regarde de trop près. Il parait que son père était comme ça, et sa colère à lui n'est toujours pas passée... Je ne veux pas qu'elle développe la même amertume que lui.

Je sais juste que je vais mettre tout mon amour à sa disposition, que je vais déployer des trésors de patience, et que je vais y arriver, à lui faire maitriser ses colères. Par l'exemple. Par la douceur. Et tant pis si je dérape, je recommencerai. Encore et encore, jusqu'à ce que ça rentre dans sa tête de pioche : je l'aime et il est inutile de se mettre dans de tels états.

Heureusement qu'elle est jolie, sinon, il y a longtemps que j'aurais demandé à être remboursée !

Posté par Maritxu à 13:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 juin 2014

Sur le chemin

par Maritxu

- Maman, dis, on va où là ?

- On continue encore un peu, et juste avant le cimetière, on descend l'escalier et on suit le ruisseau.

- Haaaa, ouiiiii ! On prend le passage secret ! Chouette ! On va en vécure, nous, des aventures !

Posté par Maritxu à 11:18 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

27 mai 2014

Foot

Par maritxu (Amaia existe-t-elle toujours ? Ce ne serait pas ma soeur que je skype régulièrement, j'en douterai)

C'est bientôt la coupe du monde.

Les belges sont qualifiés vous vous imaginez ? Non ? Moi non plus.
Mais à l'école, tout le monde est supporter. Au bureau, je connais au moins 3 collègues adultes qui remplissent leurs albums panini. C'est de la folie.

Au milieu de tout ça, mon Demi-Belge d'amour m'a annoncé l'autre jour :

"Tu sais maman, moi, je ne suis pas un vrai garçon parce que je n'aime pas le foot".

Bien, lobbying social oblige, il a quand même en permanence un tatouage des Diables Rouges au bras, il recompte religieusement ses stickers carrefour, et s'est fait une raison : non, maman n'achètera pas l'album pour les coller.

Non mais sans blagues.

Posté par Maritxu à 14:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
24 mai 2014

Mes.enfants.

par Maritxu

 

Oui, avec un point : mes.enfants.
C'est pour se rappeler qu'il ne faut pas faire la liaison.

Pucine nous parle souvent de "mes.enfants". Au début, on a cru que c'étaient ses poupées.

- Mes.enfants ils veulent pas faire caca dans les toilettes, alors moi dit non (index péremptoire levé) et moi punis mes.enfants.
- Mes.enfants y font co'ça (comme ça).
etc...

A force, on a eu un doute. Puis on s'est rendus compte que c'étaient peut-être ses copains de l'école.
Et la lumière fut : la maitresse les appelle forcément "les enfants" et la Puce, avec sa façon à elle de tout s'approprier, le ressort comme "mes enfants".

Posté par Maritxu à 08:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
23 mai 2014

Peux t'aider ?

Par Maritxu

 

Je traverse en ce moment une période bénie.

Dès que je m'apprête à vider une machine, la remplir, ranger la vaisselle, éplucher n'importe quoi, passer l'aspirateur, faire la cuisine, j'ai une petite voix qui arrive comme par magie derrière moi :

- Peux t'aider, maman, oui ?

Et elle m'aide. Jusqu'au bout. Ce n'est pas une lubie qui lui passe au bout de quelques secondes, elle tient vraiment à enlever elle-même tous les germes des patates pour ensuite me les donner ("Non ! Moi tout seule !"), me regarder religieusement les éplucher, et enfin les apporter, triomphante, dans l'évier de la cuisine pour revenir en courant chercher la seconde.
Evidemment, je triple mon temps de tâches ménagères, mais elle est tellement déçue quand je lui réponds non que j'essaie au maximum de l'associer.

Le second effet kiss-cool, c'est que le grand est jaloux de cette complicité, et vient au minimum nous tenir compagnie quand ça arrive.

Je suis une mère comblée (à défaut d'une épouse, je vois de moins en moins le Belge ces temps-ci).

Posté par Maritxu à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mai 2014

Comment énerver un belge ?

En avant-propos, précisons qu’il y a 3 communautés linguistiques en Belgique, 3 régions (mais pas avec exactement les mêmes frontières), que les Flamands et les Wallons pourraient presque être considérés comme appartenant à deux pays différents pendant que les germanophones observent tout ça avec indifférence, et sans jamais hausser le ton.

Etant francophone, je parlerai donc pour les Wallons.

Alors, comment énerver un belge ? Il faut tout d’abord annoncer que c’est une entreprise plutôt difficile. Le belge est d’un naturel flegmatique. On ne rappellera jamais assez que la Belgique est le pays du surréalisme et donc le belge ne s’étonne pas de grand-chose, et comme il est naturellement et culturellement doté d’une autodérision hors du commun, il s’offusque encore moins.

Cependant, en grattant un peu, on peut trouver certaines choses…

1- Le belge est sympathique.

C’est un cliché. Prenez n’importe quel étranger qui rencontre un belge, sa réaction sera toujours la même : « Ha, vous êtes belge ? J’adore les belges ! Vous êtes tellement sympathiques ! ».   Non. Le belge n’est pas plus sympathique qu’une autre nationalité, j’imagine qu’il y a un pourcentage d’imbéciles égal à celui du reste du monde. C’est juste que le belge a une limite de tolérance plus élevée, peut-être.

2- Demander qu’on explique la scission de la Belgique (différence Wallons/Flamands)

C’est la seconde question qu’un étranger pose à un belge. Même si le sujet ne l’intéresse pas, parce que la Belgique est championne du monde en termes de nombre de jours sans gouvernement et que tous les journaux du monde en ont parlé, le non-belge pense devoir absolument se renseigner sur ce sujet. C’est gonflant.

3- Parler politique.

Un peu dans la même veine que le point précédent, mais là il s’agit de la politique en général. Entre eux, les belges parlent peu de politique. Ce n’est pas vraiment parce que ça les énerve, c’est plutôt parce qu’ils s’en fichent. D’ailleurs, quand on leur demande comment ils ont fait pour s’en sortir sans gouvernement, la réponse-type est que le pays n’a jamais mieux tourné que pendant cette période-là.

4- Attaquer la monarchie.

Quand on vient d’un pays républicain, on a un peu de mal à se faire à la monarchie belge. Les intitulés « royaux » pullulent (Ecole royale, Cercle royal, etc…). Les humoristes belges épargnent très peu la monarchie d’ailleurs, mais il est curieusement mal venu de critiquer ouvertement la monarchie dans la vie de tous les jours. Tout le monde est d’accord pour dire qu’elle ne sert à rien, mais beaucoup veulent la garder et la respecter quand même.

5- Les reprendre dans leurs tournures de phrases.

Si on insiste un peu, cela les énerve, mais d’une façon générale, comme tout le reste, cela les amuse. Il faut dire qu’ils donnent un peu le bâton pour se faire battre : outre les tournures vieillies (bourgmestre, échevin, « nenni » pour renforcer un « non », « gai » pour « sympa »), on se demande bien pourquoi ils emploient « clignoteur » à la place de « clignotant », ou « sens horloger » pour « horaire ». Quant à leurs expressions, elles sont tellement imagées que c’en est un bonheur (« tu peux danser sur ta tête, tu n’y arriveras pas », « la bande des pneus crevés » sur autoroute…) Des dictionnaires entiers sont dédiés à ce français de Belgique, si savoureux.

6- Dire que la frite est française.

Un soupçon d’énervement dans celle-ci. Ce qui est curieux, c’est que les principaux concernés – les français – à qui on attribue la paternité de la frite dans le reste du monde, savent bien, eux, que ce sont les belges les champions. Il suffit de rentrer dans n’importe laquelle des innombrables friteries belges pour s’en convaincre.

7- Critiquer les bières belges.

C’est une question de fierté. La meilleure bière du monde, élue chaque année, est régulièrement une bière belge. La Belgique compte un nombre record de bières différentes, toutes plus savoureuses les unes que les autres. On a coutume de dire qu’il suffit de rassembler trois personnes pour qu’elles se mettent à brasser de la bière. Alors quand on vient dire à un belge qu’on ne connait pas les bières belges ou pire, qu’on préfère les lagers allemandes, on est d’office catalogué comme ignorant, voire inculte. Mais le belge n’est pas rancunier, et la suite probable est qu’il vous offrira un Orval.

8- Exploiter le stéréotype wallon

Le wallon est fainéant. Le wallon coûte de l’argent à la Belgique. Les chômeurs wallons sont tous des tire-au-flanc. Faut-il vraiment préciser que toutes les affirmations précédentes sont fausses ? Et qu’elles agacent prodigieusement le wallon précité ?

9- Penser que tel ou tel star / film / livre est français.

Non, ce n’est pas parce qu’ils sont de renommée mondiale et qu’ils parlent français que la France est autorisée à s’approprier certaines œuvre ou certains artistes. S’il est à peu près acquis que Magritte et les frères Dardenne sont belges, il faut rappeler que Cécile de France, Amélie Nothomb, Stromae, Benoît Poelvoorde, Philippe Geluck et bien d’autres aussi sont bel et bien belges.

Oui, le compte s’arrête à neuf. Et alors ? Ça vous énerve ?

Posté par Maritxu à 22:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 avril 2014

*sigh*

Dimanche matin, arrivée des enfants dans le lit parental.

La Pucine fait un câlin à son doudou, je fais un câlin à la Pucine, et ma main effleure le doudou.
"Mais, il est tout mouillé ce doudou ! Tu l'as machouillé ?"
Elle se retourne vers moi, hilare :
"Non ! C'est du pipi !"

Comme voilà une belle façon de commencer ma journée...

Posté par Maritxu à 10:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]