24 mai 2014

Mes.enfants.

par Maritxu

 

Oui, avec un point : mes.enfants.
C'est pour se rappeler qu'il ne faut pas faire la liaison.

Pucine nous parle souvent de "mes.enfants". Au début, on a cru que c'étaient ses poupées.

- Mes.enfants ils veulent pas faire caca dans les toilettes, alors moi dit non (index péremptoire levé) et moi punis mes.enfants.
- Mes.enfants y font co'ça (comme ça).
etc...

A force, on a eu un doute. Puis on s'est rendus compte que c'étaient peut-être ses copains de l'école.
Et la lumière fut : la maitresse les appelle forcément "les enfants" et la Puce, avec sa façon à elle de tout s'approprier, le ressort comme "mes enfants".

Posté par Maritxu à 08:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

23 mai 2014

Peux t'aider ?

Par Maritxu

 

Je traverse en ce moment une période bénie.

Dès que je m'apprête à vider une machine, la remplir, ranger la vaisselle, éplucher n'importe quoi, passer l'aspirateur, faire la cuisine, j'ai une petite voix qui arrive comme par magie derrière moi :

- Peux t'aider, maman, oui ?

Et elle m'aide. Jusqu'au bout. Ce n'est pas une lubie qui lui passe au bout de quelques secondes, elle tient vraiment à enlever elle-même tous les germes des patates pour ensuite m'en donner une ("Non ! Moi tout seule !"), me regarder religieusement l'éplucher, et enfin l'apporter, triomphante, dans l'évier de la cuisine pour revenir en courant chercher la suivante.
Evidemment, je triple mon temps de tâches ménagères, mais elle est tellement déçue quand je lui réponds non que j'essaie au maximum de l'associer.

Le second effet kiss-cool, c'est que le grand est jaloux de cette complicité, et vient au minimum nous tenir compagnie quand ça arrive.

Je suis une mère comblée (à défaut d'une épouse, je vois de moins en moins le Belge ces temps-ci).

Posté par Maritxu à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mai 2014

Comment énerver un belge ?

En avant-propos, précisons qu’il y a 3 communautés linguistiques en Belgique, 3 régions (mais pas avec exactement les mêmes frontières), que les Flamands et les Wallons pourraient presque être considérés comme appartenant à deux pays différents pendant que les germanophones observent tout ça avec indifférence, et sans jamais hausser le ton.

Etant francophone, je parlerai donc pour les Wallons.

Alors, comment énerver un belge ? Il faut tout d’abord annoncer que c’est une entreprise plutôt difficile. Le belge est d’un naturel flegmatique. On ne rappellera jamais assez que la Belgique est le pays du surréalisme et donc le belge ne s’étonne pas de grand-chose, et comme il est naturellement et culturellement doté d’une autodérision hors du commun, il s’offusque encore moins.

Cependant, en grattant un peu, on peut trouver certaines choses…

1- Le belge est sympathique.

C’est un cliché. Prenez n’importe quel étranger qui rencontre un belge, sa réaction sera toujours la même : « Ha, vous êtes belge ? J’adore les belges ! Vous êtes tellement sympathiques ! ».   Non. Le belge n’est pas plus sympathique qu’une autre nationalité, j’imagine qu’il y a un pourcentage d’imbéciles égal à celui du reste du monde. C’est juste que le belge a une limite de tolérance plus élevée, peut-être.

2- Demander qu’on explique la scission de la Belgique (différence Wallons/Flamands)

C’est la seconde question qu’un étranger pose à un belge. Même si le sujet ne l’intéresse pas, parce que la Belgique est championne du monde en termes de nombre de jours sans gouvernement et que tous les journaux du monde en ont parlé, le non-belge pense devoir absolument se renseigner sur ce sujet. C’est gonflant.

3- Parler politique.

Un peu dans la même veine que le point précédent, mais là il s’agit de la politique en général. Entre eux, les belges parlent peu de politique. Ce n’est pas vraiment parce que ça les énerve, c’est plutôt parce qu’ils s’en fichent. D’ailleurs, quand on leur demande comment ils ont fait pour s’en sortir sans gouvernement, la réponse-type est que le pays n’a jamais mieux tourné que pendant cette période-là.

4- Attaquer la monarchie.

Quand on vient d’un pays républicain, on a un peu de mal à se faire à la monarchie belge. Les intitulés « royaux » pullulent (Ecole royale, Cercle royal, etc…). Les humoristes belges épargnent très peu la monarchie d’ailleurs, mais il est curieusement mal venu de critiquer ouvertement la monarchie dans la vie de tous les jours. Tout le monde est d’accord pour dire qu’elle ne sert à rien, mais beaucoup veulent la garder et la respecter quand même.

5- Les reprendre dans leurs tournures de phrases.

Si on insiste un peu, cela les énerve, mais d’une façon générale, comme tout le reste, cela les amuse. Il faut dire qu’ils donnent un peu le bâton pour se faire battre : outre les tournures vieillies (bourgmestre, échevin, « nenni » pour renforcer un « non », « gai » pour « sympa »), on se demande bien pourquoi ils emploient « clignoteur » à la place de « clignotant », ou « sens horloger » pour « horaire ». Quant à leurs expressions, elles sont tellement imagées que c’en est un bonheur (« tu peux danser sur ta tête, tu n’y arriveras pas », « la bande des pneus crevés » sur autoroute…) Des dictionnaires entiers sont dédiés à ce français de Belgique, si savoureux.

6- Dire que la frite est française.

Un soupçon d’énervement dans celle-ci. Ce qui est curieux, c’est que les principaux concernés – les français – à qui on attribue la paternité de la frite dans le reste du monde, savent bien, eux, que ce sont les belges les champions. Il suffit de rentrer dans n’importe laquelle des innombrables friteries belges pour s’en convaincre.

7- Critiquer les bières belges.

C’est une question de fierté. La meilleure bière du monde, élue chaque année, est régulièrement une bière belge. La Belgique compte un nombre record de bières différentes, toutes plus savoureuses les unes que les autres. On a coutume de dire qu’il suffit de rassembler trois personnes pour qu’elles se mettent à brasser de la bière. Alors quand on vient dire à un belge qu’on ne connait pas les bières belges ou pire, qu’on préfère les lagers allemandes, on est d’office catalogué comme ignorant, voire inculte. Mais le belge n’est pas rancunier, et la suite probable est qu’il vous offrira un Orval.

8- Exploiter le stéréotype wallon

Le wallon est fainéant. Le wallon coûte de l’argent à la Belgique. Les chômeurs wallons sont tous des tire-au-flanc. Faut-il vraiment préciser que toutes les affirmations précédentes sont fausses ? Et qu’elles agacent prodigieusement le wallon précité ?

9- Penser que tel ou tel star / film / livre est français.

Non, ce n’est pas parce qu’ils sont de renommée mondiale et qu’ils parlent français que la France est autorisée à s’approprier certaines œuvre ou certains artistes. S’il est à peu près acquis que Magritte et les frères Dardenne sont belges, il faut rappeler que Cécile de France, Amélie Nothomb, Stromae, Benoît Poelvoorde, Philippe Geluck et bien d’autres aussi sont bel et bien belges.

Oui, le compte s’arrête à neuf. Et alors ? Ça vous énerve ?

Posté par Maritxu à 22:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 avril 2014

*sigh*

Dimanche matin, arrivée des enfants dans le lit parental.

La Pucine fait un câlin à son doudou, je fais un câlin à la Pucine, et ma main effleure le doudou.
"Mais, il est tout mouillé ce doudou ! Tu l'as machouillé ?"
Elle se retourne vers moi, hilare :
"Non ! C'est du pipi !"

Comme voilà une belle façon de commencer ma journée...

Posté par Maritxu à 10:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 avril 2014

La nuit

Par maritxu

Depuis que les enfants sont nés, nous avons une vie la nuit. Oui oui ! On peut parfois même dire que nos soirées commencent lorsqu'ils sont couchés... Comme beaucoup de parents.

Nos enfants dorment bien. Nos enfants s'endorment rapidement. Dès le début, nous avons instauré un rituel : dents - histoire - réglage du réveil - bisous - dodo.
Je ne sais pas si c'est l'immuabilité de ce rituel ou le simple fait que nous ayons de la chance, mais les redescentes après le coucher sont rares (et toujours du fait du Demi-Belge), et les réveils intempestifs encore plus, et toujours justifiés (et presqu'exclusivement du fait du Demi-Belge). La Pucine, elle, met souvent un temps infini à s'endormir, mais elle reste sage (!) et tranquille dans son lit (!!??!!).

Lorsque l'un de nous sort, ou est absent au moment du coucher, nous avons pris l'habitude de venir leur faire un bisou, même s'ils dorment, pour les prévenir de notre rentrée. Je ne sais pas pourquoi, mais je m'imagine que même si leur corps est endormi, leur cerveau va enregistrer l'information et se décontracter : Papa et Maman sont là. Tout va bien. On vous aime.

Hier soir, j'avais une réunion. Quand je suis rentrée, j'ai fait ma tournée de bisous. Demi-belge s'est retourné contre le mur, et la Pucine a ouvert les yeux en un éclair, et sa main a jailli pour me toucher le visage. Ce n'était pas un geste agressif ou de défense, non, c'était comme pour vérifier ma réalité.
Le temps que son bras retombe, elle s'était rendormie.

C'est pour des moments comme ceux-là qu'on devient parents.

Posté par Maritxu à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 avril 2014

Mon (bis)

Par Maritxu

 

Je vous ai déjà parlé de l'instinct de propriété de la Pucine. Ca s'aggrave.

Elle s'approche de notre groupe d'adultes qui discutons : "Ca c'est maman, ça, c'est mon frère, ça c'est mamie, et puis marinette, et mon Pierre."

Autrement dit, tous les prénoms qui commencent par "ma" sont implicitement à elle également...

 

Et hier soir dans le bain :

"Lui, c'est MON Demi-Belge, ce frère-là."

Posté par Maritxu à 00:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 avril 2014

Des fois, faut pas chercher à comprendre

Par Maritxu

 

Pucine s'approche de moi, et d'un air interrogateur, met son doigt dans mon oreille.

"oh ! Maman a oreille tout doux !"

Puis elle farfouille sa propre oreille.

"Oh ! Est tout doux aussi !"

Posté par Maritxu à 08:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 février 2014

Je suis fière comme un bar-tabac !

Bon, c'est une vieille blague, mais elle est copyright papa, alors j'ai l'excuse de l'entretien du souvenir.

Voilà avec quoi est revenu de l'école le demi-Belge ce soir :

DSC03790

C'est plutôt normal en revenant de l'école, non ?

Oui, oui, sauf qu'il est en CP / 1ère primaire, qu'ils n'ont pas encore vus les chiffres au-delà de 30, et que les autres en sont encore à additionner deux nombres jusqu'à un total de 10. Ha, et aussi que c'est un exercice qu'il s'est inventé tout seul, parce qu'il s'ennuyait à avoir fini tout le reste, et qu'il l'a fait noter par sa maitresse (un brin fayot, quand même).

ALORS, elle est pas toute légitime ma fierté ?

Posté par Maritxu à 22:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 février 2014

Les bisous volants

Par Maritxu

 

Le demi-Belge nous a toujours fait des tonnes de bisous. Depuis que sa soeur est arrivée, ça c'est aggravé. En plus, maintenant, il est d'une équité limite maladive dans ses distributions : il n'est pas rare de le voir arrvier à toutes berzingues dans la cuisine pour me faire un bisou, juste parce qu'il vient d'en faire un à la Pucine.

Depuis quelques temps, j'avais noté qu'il faisait souvent des bisous en l'air, après nous avoir embrassées, moi et la Puce. je me doutais bien que c'était pour son Papa, peu souvent à la maison.

- Petit apparté rigolo-
Quand les enfants demandent où est leur père, ils anticipent la réponse eux-mêmes : ils demandent si
1- il dort ou
2 - il travaille.
Ils ont en général 80% de réussite, les 20% restant, c'est qu'il est aux toilettes depuis plus d'un quart d'heure.
- fin du petit apparté-

Hier, après cette manifestation de bisou volant, il se parle à lui même :
"j'ai fait un bisou à maman, à Pucine et à papa, et mon bisou il va se cogner partout sur les murs, rebondir, et arriver sur papa"

C'est pas trop trop mignon ?

Posté par Maritxu à 11:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 janvier 2014

Un matin

par Maritxu

 

Ce matin, très très trop tôt, Demi-Belge a fait un cauchemar et est venu chercher du réconfort dans le lit parental. Chose inhabituelle, il s'y est rendormi... Quand mon réveil à sonné, il n'a pas bronché, et c'est donc en catimini que je suis sortie du lit.

Je me suis habillée dans le noir, afin de préserver de précieuses minutes de sommeil (et surtout pour avoir la paix). J'avais une machine à étendre, et j'ai donc fait un aller-retour en bas. Alors que, le plus silencieusement possible, j'étends mon ligne sur le palier, j'entends par la porte entr'ouverte de la chambre d'enfants : "Paaaaaappaaaaaaa ! Paaaaaaaapaaaaaaaaaaa !"
Flûte, Pucine est réveillée.
Très doucement, sans m'arrêter d'étendre (le but étant de partir au bureau le plus vite possible): "c'est maman, chut, rendors-toi".
Elle continue d'appeler, mais maintenant, "Papa" s'est mélangé avec quelque chose qui ressemble à "kissskiawouèrbort". Plusieurs fois, de plus en plus fort.
Je suis sur le point de terminer quand je l'entends sortir de son lit.
Damned, raté. Il va falloir que je m'occupe de tout le monde avant de partir au bureau, ça va pas le faire.

Elle continue de marmoner "kissskiawouèrbort", et au moment où je m'attends à la voir sortir, CLAC ! La porte de sa chambre a été claquée avec la dernière énergie.

Et là, je percute : "kissskiawouèrbort."
"Qui est-ce qui a ouvert la porte."

Autant vous dire que je suis partie sur la pointe des pieds...

Posté par Maritxu à 16:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]